Aller au contenu principal

L’Unpt ne croit pas à la surproduction en pommes de terre

Malgré la forte hausse des surfaces, la récolte ne sera pas très abondante en raison d’une baisse prévisible des rendements.

L’exportation reste l'un des facteurs primordiaux de l'équilibre du marché.
L’exportation reste l'un des facteurs primordiaux de l'équilibre du marché.
© Gabriel Omnès

Au niveau national comme pour l’ensemble des cinq grands pays producteurs du Nord-Ouest de l’Union européenne (Allemagne, Belgique, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas) les surfaces plantées en pommes de terre de consommation ont progressé (+ 3,4 % dans l’Hexagone et + 3,8 % pour les cinq pays). Cela risque-t-il de se traduire par un passage de la pénurie à la surabondance, entraînant une chute des prix ? Dans une note publiée le 19 août, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (Unpt), écarte ce risque en se fondant sur une baisse des rendements qui réduirait les conséquences de la hausse des surfaces.

Equilibrer l'offre et la demande
L’organisation professionnelle a constaté à la mi-août un retard à la fois dans les rendements et les calibres. A cette date, le rende­ment était en baisse d’environ 20% par rapport à la moyenne des rendements de la période 2002-2012, soit près de 10 t/ha en moins. L’Unpt convient cependant qu’il faudra suivre l’évolution du tubercule jusqu’à la récolte, car le retard pourrait en partie se résorber d’ici là. Néanmoins, elle reste convaincue qu’il n’est pas envisageable d’avoir de très bons rendements cette an­née. Au mieux, ils seront dans la moyenne décennale; au pire, ils seront dans la même tendance que l’année dernière, voire inférieurs.
La régulation de l’offre par la bais­se du rendement ne sera toutefois pas suffisante et l’Unpt rappelle que seul l’équilibre of­fre/demande permet d’assurer u­ne valorisation suffisante aux productions, ce qui signifie que les débouchés doivent être maintenus et si possible développés.
Pour ce faire, il convient en premier lieu que les producteurs répondent aux cahiers des char­ges des acheteurs et aux attentes du marché, en quantité et en qualité. Même si la production se révèle relativement abondante, il convient de rappeler que la campagne 2012-2013 s’est achevée sans stock, allégeant donc les disponibilités.

La clef de l’exportation
En 2012-2013, la consommation intérieure en frais s’est maintenue malgré la hausse importante des prix de détail; elle devrait à priori se poursuivre. Le débouché in­dustriel en produits transformés (frites, chips, flocons…) de­vrait s’élargir compte tenu des be­soins grandissant de cette industrie.
Reste l’un des facteurs primordiaux de l’équilibre du marché : l’exportation. A la fin mai, les vo­lumes sortis à l’export représentaient 1,58 Mt, contre 1,52 Mt pour la période correspondante de 2011-2012, mais inférieurs de quelque 300 000 t aux excellents résultats des deux précédentes campagnes.
On peut néanmoins considérer ce bilan comme honorable, sans oublier qu’il est dû en grande partie à une demande exceptionnelle de la Grande-Bretagne : 276 400 t contre une mo­yenne de 53 000 t pour les trois campagnes précédentes, à la mê­me date. Ce débouché inattendu ne doit pourtant pas cacher la baisse de nos ventes à nos clients traditionnels du Sud de l’Europe et de la chute des sorties vers les pays de l’Est. Le miracle anglais risque fort de ne pas se renouveler pour cette campagne. Il faudra retrouver le chemin perdu vers nos autres clients.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde