Aller au contenu principal

L’urgence d’un «sujet extrêmement envahissant»

Une mission d’information parlementaire consacrée aux plantes exotiques envahissantes constate le manque de moyens et de résultats. Les députés veulent multiplier par dix les crédits dédiés.

Le Buddléia de David originaire de Chine, aussi appelé Arbre aux papillons,  est particulièrement abondante le long de la vallée de la Somme et de l’Oise.
Le Buddléia de David originaire de Chine, aussi appelé Arbre aux papillons, est particulièrement abondante le long de la vallée de la Somme et de l’Oise. 
© Pixabay

Elles se reproduisent en nombre, ont une capacité de croissance et un pouvoir couvrant élevés, s’adaptent à toutes conditions climatiques, se régénèrent malgré les coupes, et peuvent même être allopathique, en empêchant la pousse de ses concurrentes par l’émission de substances chimiques. Ce ne sont pas des monstres, mais presque. Les plantes invasives, désormais désignées comme plantes exotiques envahissantes (PEE), sont un fléau national. Jusqu’à 10 % des 1 379 espèces végétales exotiques recensées en France sont considérées comme telles. Et depuis 1979, le rythme d’introduction en métropole va bon train, avec six espèces envahissantes tous les dix ans. 

Leur dissémination et leur prolifération posent aujourd’hui des problèmes environnementaux, financiers et sanitaires. D’un point de vue écosystémique, ces plantes seraient responsables de 40 % des extinctions d’espèces, sur ces quatre cents dernières années. Cette perte de la biodiversité altère profondément le fonctionnement des écosystèmes qu’elles envahissent et entraîne des conséquences coûteuses, en termes de production agricole mais aussi de tourisme. En France, le coût annuel des invasions biologiques serait évalué à 38 millions d’euros (contre 26,8 milliards à l’échelle mondiale).

 

Quand l’éradication n’est plus possible…

Le sujet est pris au sérieux par l’État. Nadia Essayan (Modem, Cher) et Patrice Perrot (LREM, Nièvre) présentaient d’ailleurs, ce 21 juillet, les conclusions de la mission d’information sur la prolifération des plantes invasives. Ambroisie, renouée du Japon, ou jussie : «la suppression de ces plantes n’est plus à l’ordre du jour, il s’agit de les contenir», a regretté Nadia Essayan. Leur stratégie : financer, coordonner et sensibiliser.

Les rapporteurs de la mission suggèrent de renforcer les moyens de contrôle des douanes ainsi que le système de détection et de surveillance, ou encore de déployer plus largement le label «végétal local». Autre urgence : «améliorer la gouvernance», en confiant aux préfectures la coordination des actions menées par les Dreal, l’OFB et les communautés de communes. Les députés insistent cependant : «Il n’est pas question de réintroduire les phytos» pour les collectivités, comme le défend Patrice Perrot, y opposant des expériences de gestion alternative par l’écopâturage, ou la lutte biologique dans certaines collectivités. Des essais seraient même en cours en Savoie pour valoriser certains composés de la renouée du Japon en cosmétique.

 

300 M nécessaires

Ces améliorations des méthodes d’alerte et de gestion nécessiteront au minimum selon les députés de multiplier par dix les crédits publics actuellement dédiés à la «connaissance et à la préservation de la biodiversité» pour atteindre 300 M€. Les rapporteurs soulignent que la secrétaire d’État à la Biodiversité Bérangère Abba, considérant les invasives comme «l’un des problèmes majeurs pour la biodiversité», se serait montrée plutôt favorable à cette augmentation. «Reste à voir comment tout cela se traduira dans le projet de loi de finances», observe Nadia Es- sayan. À la demande du gouvernement, la mission parlementaire aurait d’ailleurs été écourtée pour fournir à temps ses conclusions en vue du congrès mondial de la biodiversité organisé par l’UICN prévu à Marseille à l’automne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde