Aller au contenu principal

Machinisme en agriculture bio : des tendances contrastées

A l'heure où la tendance est à la réduction des produits phytopharmaceutiques, le désherbage mécanique apparaît comme une solution de lutte contre certains adventices. La demande pour ce type de matériels émane principalement de producteurs en culture biologique.

© D.L. C.



Parmi les constructeurs, la société Bionalan s’est lancée dans la construction d’une écimeuse dénommée Selac. Ce matériel permet de couper l’inflorescence des plantes indésirables pour stopper leur montée à graines et la dispersion de ces dernières. L’outil, installé à l’avant ou à l’arrière du tracteur, utilise des couteaux rotatifs animés hydrauliquement. Il travaille sur une largeur de 4,40 m à 1320 m et se replie verticalement pour le transport. Des essais sur blé ont récemment révélé sa capacité de coupe à allure soutenue (plus de 8 km/h) grâce à son système de diviseurs et de contre-couteaux. L’un des points forts de l’écimeuse réside dans son excellent châssis intermédiaire, permettant une position flottante et une correction manuelle de la hauteur droite et gauche grâce à ses roues de suivi de sol. Légère et maniable, elle permet de travailler aussi bien dans des céréales de faible hauteur (15 cm) que dans des céréales jusqu’à 1,80 m.  L’entreprise Bionalan prévoit de concevoir des modèles beaucoup plus larges pour les grandes plaines.
Matériels plus classiques en agriculture biologique, les outils de désherbage mécanique : herses étrilles, houes rotatives… Chez Grégoire Agri, constructeur qui a plus de vingt-cinq ans d’expérience, après avoir imaginé des outils avec caméra portée et guidage GPS, on revient à de la mécanique plus robuste, mais mieux adaptée. Jean-Luc Grégoire s’en explique : «Avec des systèmes électroniques, on arrivait à des coûts de matériels bien trop élevés. On a préféré investir sur la qualité des dents qui épousent bien le sol, sur les ressorts pour assouplir la ligne et sur le réglage de la pression de nos outils, de 300 g à 5 kg. L’agriculteur a plus intérêt à investir dans une barre de guidage RTK pour son tracteur. Cela lui donnera une meilleure qualité de semis, bien droit. Nos outils de désherbage mécanique seront alors d’autant plus efficaces, notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur le rang.»
L’amélioration de la performance mécanique des outils permet ainsi de désherber mécaniquement sur une période plus large, plus tôt et plus tard en saison. Les outils peuvent être montés à l’arrière du tracteur, en frontal, et il est possible de combiner les deux. Parmi les outils phare du constructeur de Loire-Atlantique, le Désherb’rang, d’une largeur maximale de 9 m.

Les outils du futur
Tendance contraire qui se développe, en agriculture biologique ou conventionnelle : l’utilisation de robots autonomes, pour du désherbage ou même d’autres travaux. L’une des start-up qui officie dans ce domaine Agreenculture, installée à Toulouse, a développé un premier robot, Ceol, qui se veut polyvalent, car différents outils peuvent y être fixés. Le robot, qui pèse 300 kg et mesure une soixantaine de centimètres de large, peut ainsi semer, travailler le sol ou effectuer un désherbage.
Selon Jérôme Asmar, responsable développement agronomique chez Agreenculture, «grâce à un guidage GPS RTK, il est extrêmement précis et ses chenilles en font un allié précieux contre le tassement des sols. Bien entendu, il n’est efficace que sur des cultures à large inter-rang comme la vigne, la lavande, le maïs ou certaines cultures maraîchères. A ce titre, il est tout à fait adapté à la conduite biologique de la vigne dans laquelle il peut semer, puis détruire ultérieurement des couverts.»
Pour aller plus loin, Agreenculture co-développe avec Kuhn un robot beaucoup plus imposant, de 2 tonnes, voué aux grandes cultures. Un challenge est même lancé cette année, Challenge Centeol 2018. Il s’agit, pour trois robots, d’assurer le travail du sol, le semis, le désherbage et la fertilisation localisée d’une parcelle de 50 ha de maïs. Seule la récolte sera effectuée classiquement. Sans intervention humaine sur la parcelle, voilà une autre conception qui pourrait trouver sa voie en agriculture biologique ou même conventionnelle. Il suffit juste de programmer les «bonnes» interventions et de laisser travailler les machines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde