Aller au contenu principal

Macron au Salon de l'agriculture

Durant près de quatorze heures trente de visite au Salon de l'agriculture le 23 février, soit plus d'une heure de plus que l'an dernier, Emmanuel Macron, a plaidé pour une Europe qui retrouve sa «souveraineté alimentaire», au milieu d'une foule de visiteurs et d'agriculteurs largement bienveillants. L'ambiance de ces échanges improvisés, le plus long bain de foule du chef de l'Etat depuis la crise des "gilets jaunes", est restée très bon enfant, ponctuée de nombreux applaudissements et encouragements, même si ça et là ont fusé quelques sifflets et des "Macron démission". Quelques "gilets jaunes" qui tentaient de s'approcher, dont la figure du mouvement Eric Drouet, ont été maintenus à distance par les nombreuses forces de sécurité.

Macron plaide pour une stratégie européenne de différenciation

Dans un discours sur «l'Europe agricole», Emmanuel Macron a plaidé pour une stratégie européenne de différenciation pour faire face à la concurrence mondiale. «Le combat prioritaire est celui de la valeur, ce n'est pas de faire moins cher que le poulet brésilien ou le lait néo-zélandais, a expliqué Emmanuel Macron. Notre ambition, c'est de nous différencier.» Dans la mise en oeuvre, il a plaidé pour un déploiement européen de la méthode française des plans de filière, issue des Etats généraux de l'alimentation, afin de coordonner les efforts à l'intérieur de l'UE, et d'éviter une accentuation des distorsions de concurrence. «Cette quête de la qualité passe par la structuration des filières, et le bon niveau est le niveau européen, c’est à cette échelle qu’il est efficace de pratiquer à plain la segmentation». Et de répéter ensuite : «Il faut définir des stratégies européennes filière par filière, c'est tout le sens du grand plan d'investissement que nous avons porté au niveau national et du fonds d'investissement européen, doté d'1 milliard d'euros qui vient d'être lancé.» Une référence à l’Initiative nationale pour l’agriculture française (Inaf), un fonds de garantie, créé récemment, qui mobilise des fonds nationaux et européens (plan Juncker), concernant 1 Md€ d'investissements en agriculture.

Macron insiste sur les enjeux de souveraineté

Le président de la République a mis l'accent, lors de son discours sur «l'Europe agricole», sur les enjeux de souveraineté, insistant à plusieurs reprises sur un «risque de dépendance» du continent, accru par le changement climatique. «Le danger qui guette l'Europe agricole, ce n’est pas la concurrence entre pays européens, a-t-il expliqué, c’est la dépendance aux engrais phosphaté russes, aux importations de soja». Concernant la Pac, il a par exemple affirmé que sa réforme est «une question de souveraineté alimentaire, environnementale, industrielle».

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde