Aller au contenu principal

Macron au Salon de l'agriculture

Durant près de quatorze heures trente de visite au Salon de l'agriculture le 23 février, soit plus d'une heure de plus que l'an dernier, Emmanuel Macron, a plaidé pour une Europe qui retrouve sa «souveraineté alimentaire», au milieu d'une foule de visiteurs et d'agriculteurs largement bienveillants. L'ambiance de ces échanges improvisés, le plus long bain de foule du chef de l'Etat depuis la crise des "gilets jaunes", est restée très bon enfant, ponctuée de nombreux applaudissements et encouragements, même si ça et là ont fusé quelques sifflets et des "Macron démission". Quelques "gilets jaunes" qui tentaient de s'approcher, dont la figure du mouvement Eric Drouet, ont été maintenus à distance par les nombreuses forces de sécurité.

Macron plaide pour une stratégie européenne de différenciation

Dans un discours sur «l'Europe agricole», Emmanuel Macron a plaidé pour une stratégie européenne de différenciation pour faire face à la concurrence mondiale. «Le combat prioritaire est celui de la valeur, ce n'est pas de faire moins cher que le poulet brésilien ou le lait néo-zélandais, a expliqué Emmanuel Macron. Notre ambition, c'est de nous différencier.» Dans la mise en oeuvre, il a plaidé pour un déploiement européen de la méthode française des plans de filière, issue des Etats généraux de l'alimentation, afin de coordonner les efforts à l'intérieur de l'UE, et d'éviter une accentuation des distorsions de concurrence. «Cette quête de la qualité passe par la structuration des filières, et le bon niveau est le niveau européen, c’est à cette échelle qu’il est efficace de pratiquer à plain la segmentation». Et de répéter ensuite : «Il faut définir des stratégies européennes filière par filière, c'est tout le sens du grand plan d'investissement que nous avons porté au niveau national et du fonds d'investissement européen, doté d'1 milliard d'euros qui vient d'être lancé.» Une référence à l’Initiative nationale pour l’agriculture française (Inaf), un fonds de garantie, créé récemment, qui mobilise des fonds nationaux et européens (plan Juncker), concernant 1 Md€ d'investissements en agriculture.

Macron insiste sur les enjeux de souveraineté

Le président de la République a mis l'accent, lors de son discours sur «l'Europe agricole», sur les enjeux de souveraineté, insistant à plusieurs reprises sur un «risque de dépendance» du continent, accru par le changement climatique. «Le danger qui guette l'Europe agricole, ce n’est pas la concurrence entre pays européens, a-t-il expliqué, c’est la dépendance aux engrais phosphaté russes, aux importations de soja». Concernant la Pac, il a par exemple affirmé que sa réforme est «une question de souveraineté alimentaire, environnementale, industrielle».

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde