Aller au contenu principal

Macron renforce la couverture des agriculteurs contre les aléas

En déplacement en Provence, le président de la République a annoncé un doublement des fonds publics alloués à la gestion des risques climatiques en agriculture, dès 2023. 

Le président de la République a annoncé, le 10 septembre, qu’il doublera le soutien aux deux principaux outils de gestion des risques climatiques en agriculture.
Le président de la République a annoncé, le 10 septembre, qu’il doublera le soutien aux deux principaux outils de gestion des risques climatiques en agriculture.
© Jeunes Agriculteurs

«C’était très attendu et c’est très fort.» Au sortir des annonces d’Emmanuel Macron à Corbières dans les Alpes de Haute-Provence, le président des chambres d’agriculture, Sébastien Windsor, ne boude pas son plaisir. Comme espéré par le syndicalisme agricole majoritaire, le président de la République a annoncé, le 10 septembre, qu’il doublera le soutien aux deux principaux outils de gestion des risques climatiques en agriculture : l’assurance climatique privée et le régime public des calamités agricoles. Les fonds alloués à l’ensemble de ces mesures vont passer de 280 millions d’euros à 600 millions d’euros par an, a-t-il annoncé. C’est la fourchette basse de ce que préconisait le député LREM, Frédéric Descrozaille. Mais le président a promis d’agir vite, ce qui rassure le syndicalisme majoritaire. Un projet de loi sera «présenté en conseil des ministres en décembre, discuté à l’Assemblée nationale en janvier et voté durant cette mandature», a promis Emmanuel Macron.

 

Une application dès 2023 

Cela devrait permettre aux agriculteurs de bénéficier de la réforme à partir de 2023, s’est félicité le président des Jeunes agriculteurs, Samuel Vandaele. Le contenu précis de la réforme n’a pas été divulgué par le président de la République, mais son cabinet avait averti la veille qu’il reprendrait les grands principes proposés par le député Descrozaille, qui animait au printemps un groupe de travail regroupant la profession agricole et les assureurs.

L’objectif principal est d’augmenter le nombre d’agriculteurs ayant souscrit une assurance récolte multirisques climatiques (MRC). Créée dans les années 2000 en France par les assureurs privés avec l’appui des pouvoirs publics, cette assurance vient assurer un vaste panel de risques climatiques (grêle, gel, inondation, sécheresse…). Problème, elle a peu convaincu jusqu’ici : 30 % des surfaces de grandes cultures, 6 % de l’arboriculture, 1 % des prairies.

 

Élargir le champ des bénéficiaires

La réforme annoncée va permettre de renforcer «l’accessibilité» de cette assurance, a annoncé Emmanuel Macron. C’était l’une de ses limites, avait pointé un rapport des inspecteurs des finances (IGF) et agricoles (CGAAER) en 2015. L’assurance privée souffrait d’un manque d’attractivité, notamment au regard de la traditionnelle assurance grêle. Elle pâtissait également d’une concurrence du régime des calamités agricoles, que la réforme doit permettre de gommer.

Cette enveloppe était demandée de longue date par le syndicalisme majoritaire. Les précédents ministres de l’Agriculture, Stéphane Travert, puis Didier Guillaume, y souscrivaient sur le principe mais n’avaient pas obtenu le feu vert de l’Élysée. Ils étaient venus les mains vides aux congrès de la FNSEA. Julien Denormandie devrait pouvoir assister l’esprit tranquille au congrès du syndicat majoritaire, les 21-23 septembre prochains. 

 

Les chambres d’agriculture saluent la réforme

«Nous saluons l’engagement de l’État dans cette réforme ambitieuse. Face à la multiplication des aléas climatiques, aucun agriculteur ne doit être exclu de la possibilité de s’assurer», a réagi dans un communiqué de presse, le 13 septembre, Sébastien Windsor, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA). Pour le réseau chambres, cet engagement est «une réponse attendue aux limites du régime des calamités agricoles face, notamment, au changement climatique. Le nouveau dispositif permettra de ne laisser aucun agriculteur en dehors de la solidarité nationale, intégrant les filières grandes cultures et viticulture». En lien direct avec le Varenne de l’eau, ce nouveau dispositif d’assurance récolte à trois étages permettra notamment «l’amélioration de la résilience des exploitations face au changement climatique», souligne l’APCA qui sera «présente pour éclairer les agriculteurs dans leurs choix de stratégie de protection et de prévention».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde