Aller au contenu principal

Maïs ensilage : cette année on perd nos repères

La majorité des dates de récolte sont aujourd’hui fixées, cependant, il faut tout de même surveiller l’évolution du grain.

Plus le feuillage est sec plus il faudra hacher court.
Plus le feuillage est sec plus il faudra hacher court.
© S. Leitenberger



Entre le 17 et le 24 août, les maïs ont pris 3,8 points de matière sèche (MS). Cela s’explique par les sommes de températures qui sont encore très élevées au mois d’août, comparées à un mois de septembre. Dans les semaines à venir, la météo est annoncée clémente, mais de plus en plus fraîche. L’évolution qu’ont subie les maïs la semaine dernière restera exceptionnelle. Comptez deux à trois points de MS par semaine s’il n’y a pas d’importantes précipitations.
La grande partie des maïs s’est desséchée avec l’été sec. Cette année, il est préférable de viser un taux de matière sèche de la plante plus élevé que d’habitude. 35 % de MS plante entière semble un bon compromis pour obtenir un grain sans amidon très rapide (laiteux-pâteux). En condition classique, les maïs doivent être ensilés dès le stade 32-33 % MS grâce à la génétique qui leur permet de rester verts, tout en faisant mûrir le grain.
Rappel pour ce qui est de la longueur de coupe : plus le feuillage est sec plus il faudra hacher court. Si le grain est fortement avancé en maturité, la technique de récolte Shredlage deviendra intéressante. Cette année, si l’on cherche beaucoup de maturité au niveau du grain, cela risque de détériorer fortement la qualité de conservation du silo, car la plante sera très desséchée, un conservateur de type acide formique sera requis.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde