Aller au contenu principal

Maïs fourrage : valoriser les engrais de ferme

Utilisés à bon escient, les effluents d’élevage ou engrais de ferme sont très bien valorisés par le maïs. Ils permettent une économie importante sur le poste achat d’engrais. Si le phosphore et le potassium sont à peu près aussi bien valorisés que pour des engrais minéraux, la valorisation de l’azote dépendra en revanche des modalités d’apport qui doivent entre autres éviter les pertes par volatilisation.

Pour éviter les pertes qui peuvent être très importantes, il faut incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans 
les 2-3 heures qui suivent l’épandage.
Pour éviter les pertes qui peuvent être très importantes, il faut incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans
les 2-3 heures qui suivent l’épandage.
© D. R.

Tous les engrais de ferme (fumiers de bovins, lisiers de bovins ou de porcs, fumiers de volailles...) apportent de l’azote, du phosphore et du potassium. Ils contiennent aussi des oligoéléments, tel que le soufre, et des bases calciques qui contribuent à limiter l’acidification naturelle des sols.

Anticiper l’épandage des fumiers pailleux
Pour le phosphore et le potassium, quelles que soient les modalités d’apport, une bonne valorisation est assurée par les cultures, proche de celle des engrais minéraux. En ce qui concerne l’azote contenu dans les engrais de ferme, la valorisation dépendra du type de produit organique et des modalités d’apport.
Pour les fumiers de bovins, l’azote est sous forme organique, il a donc besoin d’une transformation dans le sol pour être assimilé, sous forme nitrates, par le maïs. C’est pour cette raison qu’on conseille de les épandre 1,5 à 2 mois avant le semis, voire même avant quand il s’agit d’un fumier frais et pailleux. Pour autant, une partie seulement de l’azote contenu dans les fumiers sera disponible pour le maïs. Le reste sera stocké dans le sol sous forme organique, puis minéralisé progressivement. En pratique, avec des doses épandues de l’ordre de 30 t/ha, un complément de 40 à 50 unités d’azote sous forme minérale sera le plus souvent nécessaire.

Quand enfouir les lisiers et fumiers de volailles ?
Pour les lisiers et les fumiers de volailles, la majorité de l’azote est sous forme ammoniacale et sera rapidement disponible pour le maïs. La date d’épandage par rapport au semis du maïs a donc moins d’importance. Cependant, l’azote ammoniacal est très sensible à la volatilisation. Pour éviter les pertes qui peuvent être très importantes (jusqu’à 50% en conditions de sol sec, par temps ensoleillé et venteux), il faut incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans les 2-3 heures qui suivent l’épandage. Apportés à dose raisonnée, ces produits ne nécessitent en général aucun complément d’azote sous forme minérale.

Analyser pour mieux piloter la fertilisation
La valeur des engrais de ferme peut varier sensiblement en fonction des conditions d’élevage. Pour déterminer leurs teneurs en éléments fertilisants et leurs propriétés amendantes, une analyse est conseillée notamment pour les produits à fraction ammoniacale élevée (lisiers, fumiers de volailles).
Une analyse simple (70-80 E) permet de connaître les teneurs en éléments totaux minéraux du produit pour calculer les doses à appliquer : % matière sèche, matières organiques totales, azote total, azote ammoniacal (N- NH4), phosphore exprimé en P2O5, potassium en K2O, magnésium en MgO, calcium en CaO.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde