Aller au contenu principal

OGM
Maïs OGM : la culture du Mon 810 interdite

L'Agpm engage une procédure devant le Conseil d'Etat.

La France a interdit, le 15 mars, la culture du maïs Mon 810 de Monsanto par un arrêté du 15 mars. «La commercialisation, l’utilisation et la culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié Mon 810 sont interdites sur le territoire national jusqu’à l’adoption d’une décision définitive» et de mesures communautaires, stipule l’arrêté. Une proposition de loi interdisant la culture du maïs transgénique sera débattue à l’Assemblée nationale, le 10 avril, après les élections municipales.
La France a déjà interdit à deux reprises, en 2008 puis en 2012, la mise en culture du Mon 810. Par deux fois, le Conseil d’Etat a annulé le moratoire, la dernière fois en août dernier, pour non-conformité avec le droit européen.
Les anti-OGM avaient déjà fait monter la pression. Un groupe se réclamant du «Collectif des faucheurs volontaires», s’est introduit illégalement au siège de l’Agpm (Association générale des producteurs de maïs) à Pau-Montardon, le 14 mars dans la matinée. Leur objectif : être entendus par les dirigeants sur le dossier des OGM. L’Agpm a refusé de recevoir le collectif sous la pression jugeant que ses membres utilisent des méthodes de délinquant à l’encontre des producteurs, de leurs familles et de leurs biens.
Elle a annoncé qu’elle a déposé plainte et qu’elle engage par ailleurs une procédure devant le Conseil d’Etat pour obtenir l’annulation de l’arrêté ministériel du 15 mars 2014.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde