Aller au contenu principal

Maïsadour Semences devient Mas Seeds

Le groupe coopératif Maïsadour a annoncé le 10 avril le changement de nom de sa marque de semences, rebaptisée Mas Seeds, qui porte l’ambition de tripler son chiffre d’affaires à l’horizon 2026. Il s’agit de s’affirmer en tant que «marque internationale», avec notamment comme stratégie de «développer ses ventes à l’international via sa présence en Europe, mais aussi sur de nouveaux marchés (l'Afrique notamment)», d’«accroître ses volumes de production en Europe en passant de 2,5 M de sacs de semences produits à 3,2 M en 2022 pour atteindre 4 M en 2026», selon un communiqué. Maïsadour, présenté comme l’un des premiers producteurs de semences hybrides de maïs et tournesol en Europe, rappelle ses dix ans de présence en Russie et Ukraine, où sera inauguré en juin une nouvelle station de recherche à Borispol (30 km de Kiev). La nouvelle marque Mas Seeds, au chiffre d’affaires de 140 M€ (85 % à l’international), rappelle son ancrage dans le Sud-Ouest : «Nous allons y poursuivre nos investissements en R&D, en ouvrant dans les Landes, dès 2018, trois nouveaux sites d’expérimentation, déclare le DG Régis Fournier, cité dans le communiqué. Nous prévoyons aussi d’investir près de 3 M€ dans l’usine de Haut-Mauco et ainsi renforcer notre capacité de production

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde