Aller au contenu principal

Manifestation contre «l’équitaxe»

Poneys et cavaliers ont manifesté à Paris contre la hausse de la TVA sur les activités équestres.

Les amateurs de chevaux et les professionnels des centres équestres ont réussi leur mobilisation contre la hausse de TVA.
Les amateurs de chevaux et les professionnels des centres équestres ont réussi leur mobilisation contre la hausse de TVA.
© FFE/PSV


Une centaine de poneys et des milliers de cavaliers ont manifesté à Paris le dimanche 24 novembre. Selon les organisateurs, ils auraient été près de 25 000 à battre le pavé pour protester contre la hausse de la TVA de 7 % à 20 % sur les activités équestres à l’appel de la Fédération française d’équitation , la Fédération nationale du cheval (FNC) et du Groupement hippique national qui s’étaient réunis sous la bannière «l’équitation en péril». Cette hausse de la TVA, appelée aussi «équitaxe», impacte également les éleveurs de chevaux. Marianne Dutoit, la présidente de la FNC le confirme : «les éleveurs ont été les premiers à être touchés par la hausse de la TVA l’année dernière. On sait aujourd’hui que tous les éleveurs de France vendent leurs produits en dessous des coûts de production. A l’époque, nous n’avions pas les moyens juridiques de mener la bataille et puis on se disait que toutes nos activités de diversification n’étaient pas impactées. Avec cette «équitaxe», ce n’est plus le cas. A partir du 1er janvier 2014 (Date de la mise en place du taux de TVA à 20 % ndlr), ce sera terminé pour nous…»

Mesures insatisfaisantes
En guise de réponse à la grogne généralisée, le gouvernement propose trois mesures d’accompagnement pour neutraliser l’impact de la hausse de la TVA en 2014. A savoir : le recours au crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) qui permettrait une baisse des charges équivalente à 6 % de la masse salariale ; les contrats conclus avant le 31 décembre 2013 continueraient de bénéficier du taux réduit jusqu’à leur terme ; enfin, serait créé un «fonds cheval» géré par les représentants de la filière eux-mêmes.
De leur côté, les sénateurs ont adopté, le soir du 23 novembre, un amendement dans le cadre du projet de loi de Finances pour 2014 visant à appliquer une TVA à taux réduit de 5,5 % pour «les prestations de services correspondant exclusivement au droit d’utilisation des installations équestres utilisées à des fins d’activités physiques et sportives».
Des mesures qui ne satisfont pas la profession. «Nous avons rencontré les ministres Stéphane Le Foll et Bernard Cazeneuve. Ils nous disent qu’ils ne peuvent rien faire car c’est une directive européenne. Nous, on pense qu’il y a encore des choses à faire. Il faut que la directive TVA soit revue au niveau européen», lance Marianne Dutoit. La FFE, la FNC et le GHN comptent renouveler leur action à Bruxelles.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde