Aller au contenu principal

Manifestation de la FDSEA et des JA dans la Somme : la France veut-elle encore des agriculteurs ?

A l’appel des réseaux FNSEA/JA, les agriculteurs de 16 FDSEA/JA* seront à Paris le mardi 19 décembre pour interpeler l’exécutif sur le sentiment d’exclusion provoqué par les dernières positions politiques.

Contrôles et réglementations ne sont pas les mêmes entre pays européens.
Contrôles et réglementations ne sont pas les mêmes entre pays européens.
© © D.R.


Confrontées à une conjoncture économique désastreuse (tant en élevage qu’en productions végétales) avec une année 2016 calamiteuse sur le plan de la production, puis une campagne 2017 sans prix, les positions prises par l’Etat vont dégrader encore la situation économique des exploitations agricoles françaises.
Pourquoi M. Macron ne considère-t-il pas le secteur agricole comme un secteur économique à part entière ? L’ouverture des frontières va proposer aux consommateurs des denrées alimentaires produites selon des méthodes interdites en France, donnant aux agriculteurs français le sentiment d’un bradage de leur savoir-faire.
Pourquoi la France ouvre-t-elle ses frontières à des produits alimentaires qui ne respectent pas les règles sanitaires et environnementales imposées aux agriculteurs français ? Déjà étranglé économiquement, aucun agriculteur ne saura résister face à cette distorsion de concurrence. Il est temps que le miroir des discours politiques renvoie aux citoyens consommateurs l’exacte réalité des décisions prises. A travers ces nouvelles mesures, les consommateurs sont floués : ils ne retrouveront pas dans leur assiette l’alimentation saine, sure, durable et de qualité qu’on leur a promis.
A travers ces nouvelles mesures, c’est toute l’agriculture française qui est en danger, qu’elle soit biologique, conventionnelle, citoyenne, de conservation… Consommateurs, agriculteurs : nous sommes tous trompés !
Pour ses adhérents, la FDSEA de la Somme propose un départ en bus le 19 décembre au matin depuis trois villes : Abbeville à 5h30, Amiens à 6h30 et Roye à 7h15. Elle sera suivie d’une visite sur Paris pour un retour à 16h. Pour l’inscription, veuillez contacter les présidents cantonaux : Carole Boudailler (07 88 02 00 35) pour Abbeville, Fabrice Delavière (06 15 06 29 09) pour Amiens et Patrick Loire (06 82 45 96 06) pour Roye. Pour tous renseignements, contactez-nous au 03 22 53 30 31.

* Fédérations du Nord, du Pas-de-Calais, de l’Aisne, de la Somme, de l’Oise, de la Marne, de l’Aube, de l’Eure, de la Seine-et-Marne, de l’Ile-de-France, du Loiret, du Loir-et-Cher, d’Eure-et-Loir, d’Indre-et-Loire, de l’Indre et du Cher.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde