Aller au contenu principal

Filière betteraves
Marc Fesneau juge « étonnante » la fermeture de la sucrerie d'Escaudoeuvres

Le ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire a réagi le 9 mars à l’annonce de la fermeture de la sucrerie Tereos d’Escaudoeuvres (59) en la qualifiant d’« étonnante ».

Tereos Escaudoeuvres
En octobre dernière, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau entouré des acteurs de la filière betterave-sucre pour faire le point sur ses enjeux. (Crédit : CGB)
© CGB

Quand pour certains elle est « détonante », l’annonce de la fermeture de la sucrerie d’Escaudoeuvres par le groupe coopératif sucrier Tereos a été qualifiée d’« étonnante » par le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. Le 9 mars, soit au lendemain de la décision de Tereos, le ministre a expliqué s’être entretenu la veille (8 mars) avec Gérard Clay, le président de Tereos au sujet des fermetures de la sucrerie d’Escaudoeuvres (Nord), d’un atelier de distillation à Morains (Marne) et du projet de cession de l’usine féculière d’Haussimont (Marne).

Accompagnement de la filière

La première chose à retenir de l’intervention du ministre de l’Agriculture, c’est que le gouvernement ne veut pas être tenu pour responsable de la fermeture de l’usine d’Escaudoeuvres : « Chacun doit assumer son rôle et ses actes », a-t-il ainsi déclaré. Pour l’État, il s’agit d’« accompagner la filière face à l’interdiction d’enrobage de semences imposées par la décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) », et ce « dans la continuité des décisions prises depuis 2020 ». « Cette annonce, a-t-il ajouté, confirme l’impérieuse nécessité d’apporter des garanties à la filière pour préserver la sole betterave et in fine notre souveraineté européenne en sucre ».

Des motivations à « éclaircir »

A l’endroit de Tereos, Marc Fesneau estime qu’il revient désormais à l’entreprise coopérative « d’assumer ses choix économiques en transparence et les expliquer ». Comme le président de la Région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le ministre de l’Agriculture rappelle l’engagement de Tereos en 2020 et 2021 de ne pas fermer d’usine. Au lendemain des annonces de Tereos, Marc Fesneau veut désormais que des engagements soient pris pour les salariés des sites concernés au même titre que des garanties ont été données aux planteurs.

Marc Fesneau et Escaudoeuvres

Mais pour le ministre de l’Agriculture, le tour ne serait pas complet sans des explications complémentaires de la direction de Tereos sur sa gestion d’entreprise : « S’agissant d’une zone de production de betteraves moins touchée que beaucoup d’autres par la jaunisse en 2020, cette décision de restructuration industrielle à Escaudoeuvres apparait d’autant plus étonnante, écrit le ministre. C’est pourquoi les motivations économiques de cette décision doivent être éclaircies ». Lors de l’annonce de la restructuration de son organisation industrielle, le 8 mars, Tereos avait indiqué que selon ses estimations, la campagne 2023-2024 pour la sucrerie nordiste serait comprise entre « 25 et 45 jours » au regard des prévisions d’emblavements dans ce secteur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde