Aller au contenu principal

Marché d’intérêt local en Picardie Maritime : ça avance

La réunion technique de Baie Somme 3 Vallées, le 8 décembre dernier, a établi un diagnostic de l’enquête lancée en ligne en novembre.

Bettina Picard-Lanchais : «Il faut qu’on arrive à faire converger tous les besoins.»
Bettina Picard-Lanchais : «Il faut qu’on arrive à faire converger tous les besoins.»
© AAP

Petit rappel. Dans un contexte où les producteurs sont à la recherche de débouchés, et où les produits locaux sont de plus en plus demandés par le consommateur, ainsi que par les gestionnaires de la restauration collective, les commerçants et les restaurateurs, le syndicat mixte souhaite apporter des solutions logistiques pour la collecte, le stockage et la livraison des denrées alimentaires locales auprès des clients du territoire. Reste à définir les besoins réels et sous quelle forme peuvent-ils être satisfaits ?
En collaboration avec le cabinet Gressard Consultants, à qui a été confiée l’étude de marché, le syndicat a donc lancé une enquête en ligne en novembre auprès des principaux intéressés. Des ateliers ont suivi, de même que des rencontres avec tous les acteurs de la production, la restauration collective, les grandes et moyennes surfaces, les commerces, les transformateurs et les grossistes. Si le diagnostic ne sera validé qu’en janvier lors d’un comité de pilotage, les besoins de tous ont d’ores et déjà étaient recueillis. Qu’en ressort-il ?

Des besoins différents
La plupart des producteurs, qui ont répondu au questionnaire, commercialisent déjà leur production sur le territoire et assurent la livraison auprès de leurs clients. Reste qu’ils sont confrontés à des problèmes de logistique et de coût pour la livraison, sans compter le manque de temps pour démarcher de nouveaux clients. La création d’une plate-for­me physique avec tous les produits sur place les intéresse de fait. «Mais, comme le projet est encore flou, on a du mal à les mobiliser», reconnaît Bettina Picard-Lanchais, chargée de mission Energie et climat au syndicat mixte.
Face aux impératifs de livraison qui sont les leurs, les restaurateurs, ont, eux, recours à des grossistes régionaux et nationaux. Certains achètent cependant des denrées aux producteurs locaux, mais se plaignent du temps perdu. Aussi, plus qu’une plate-forme physique avec le stockage de tous les produits, ils seraient plus intéressés par une logistique transport et la réalisation d’un annuaire de producteurs leur permettant de les repérer rapidement. La demande est similaire du côté des détaillants et des petits commerces.
Côté restauration collective, si les collèges et les lycées parviennent à se fournir sans difficulté auprès des producteurs locaux, les écoles communales ou intercommunales sont, elles, à la peine. Une fois cela dit, «tous mettent en avant un impératif de livraison, un accompagnement administratif des producteurs, et surtout, la nécessité d’avoir un interlocuteur unique pour centraliser les commandes», explique Bettina Picard-Lanchais. Au final, seuls les transformateurs se montrent peu intéressés pour un marché d’intérêt local, car ils disposent déjà d’un bon circuit d’approvisionnement.
Conclusion : chacun a des besoins précis. «Il faut qu’on arrive à les faire converger», indique la chargée de mission. Plusieurs pistes de travail émergent aujourd’hui : la création d’une plate-forme physique, ou celle d’une plate-forme physique uniquement pour les gros producteurs ou celle d’un service de ramassage et de livraison. Le comité de pilotage de janvier prochain, puis une réu­nion avec les acteurs concernés, permettront de définir les différents scénarios. Seule certitude pour l’heu­re : quel que soit le scénario retenu, le marché d’intérêt local devra venir en complément de la plate-forme Somme produits lo­caux. «De toute façon, on ne pourra pas travailler sans eux», conclut Bettina Picard-Lanchais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde