Aller au contenu principal

Marchés : des réouvertures annoncées, les syndicats mobilisés

«Plusieurs marchés seront ouverts demain» 25 mars, assure à Agra Presse Monique Rubin, présidente de la Fédération des marchés de France. Suite aux annonces du Premier ministre le 23 mars de fermer l’ensemble des marchés pour lutter contre le Coronavirus, syndicats de commerçants et agricoles se sont mobilisés pour permettre aux maires de déroger à l’interdiction. Le 24 mars au matin, Christiane Lambert, président de la FNSEA assurait que des marchés pourront rouvrir «si le respect des gestes barrières est total». Avec la Fédération nationale des marchés de France, un guide de bonnes pratiques est en cours de finalisation. La demande de maintien des marchés est partagée par l’ensemble des syndicats agricoles. Dans un communiqué, la Confédération paysanne dénonce une décision du gouvernement «inadaptée» et «potentiellement dangereuse». Afin de rouvrir au plus vite les marchés, le syndicat s’est mis en ordre de marché pour «identifier, décrire et diffuser les initiatives qui sont en train de se mettre en place» pour que les paysans «soient force de proposition vis-à-vis des pouvoirs locaux». «On ne peut pas nous demander de continuer à produire pour nourrir les gens et ensuite nous interdire de vendre ces productions», se désole, de son côté, la Coordination rurale.

La fermeture des marchés, «une catastrophe» pour la filière apicole

«La fin de la vente sur les marchés, pour nous c’est une catastrophe», déplore Éric Lelong, président d'interprofession apicole, Interapi. Car d’après les chiffres 2018 de France AgriMer, 33 % du miel produit en France serait commercialisé en vente directe. Une note technique de la DGAL est venue préciser le 20 mars les modalités de continuité de l’activité apicole. Si la transhumance des ruches, et les activités de production en général demeurent autorisées, l’accueil des groupes et les formations doivent être reportés. Malgré ces dispositions, Éric Lelong attend déjà «des effets durables» pour sa filière, entre la baisse attendue de la consommation dans ce contexte de crise, et les difficultés techniques. Dans le Grand Est, là où l’épidémie est la plus sévère, des apiculteurs ont déjà fait le choix de faire transhumer leurs ruches. «Certains collègues préfèrent perdre de l’argent, plutôt que d’augmenter les risques», souligne Éric Lelong. La crise du coronavirus intervient au mauvais moment pour le secteur apicole : après la récolte historiquement basse de 2019 (moins de 10 000 t contre 28 000 t en 2018), et au début printemps. «Le colza va démarrer bientôt, avec de grandes surfaces, et de très grosses miellées. De nombreuses exploitations seront en difficultés si les restrictions se durcissent».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde