Aller au contenu principal

Marchés à terme : l’outil sécurisant pour la betterave ? 

Le marché mondial du sucre, qui tire le marché européen, est très en forme. Mais cela pourrait ne pas durer. Pour consolider la filière, le marché à terme pourrait être un bon outil. Explications de Timothé Masson, expert marché à la CGB.

La CGB souhaite que le sucrier propose à ses betteraviers d’indexer une partie de ses betteraves sur le marché à terme.
La CGB souhaite que le sucrier propose à ses betteraviers d’indexer une partie de ses betteraves sur le marché à terme.
© D. R.

0,20 $/livre alors qu’il était à moins de 0,10 $/livre pendant le confinement. Voilà quatre ans que le marché mondial du sucre n’avait pas été aussi en forme. «Le Brésil, plus gros pays producteur, connaît des rendements médiocres. En plus de cela, le cours de l’éthanol a doublé en deux ans, donc un gros volume de cannes à sucre sera à destination de cette filière au détriment du sucre. Au total, le Brésil devrait produire 6 Mt de moins», analyse Timothé Masson, expert marché à la CGB. Les autres pays producteurs ne participent pas non plus à la saturation du marché. La Thaïlande, avec ses petites surfaces et ses rendements décevants, devrait produire 8 Mt au lieu de 14 Mt. L’inde, avec 31 Mt, a une production stable, mais ses stocks sont faibles. «Les stocks mondiaux au plus bas depuis dix ans suscitent l’intérêt des spéculateurs sur le marché à terme*», note Timothé Masson. 

La France, qui s’apprête à récolter 402 000 ha avec, au mieux, un rendement moyen cinq ans, ne bénéficie pas directement du marché mondial puisqu’elle n’y exporte pas. Mais celui-ci influe sur le marché européen sur lequel elle se positionne. «Le sucre se vendait 389 /t sortie usine en juin dernier. Aujourd’hui, du sucre se vend encore sur le marché Spot (sur lequel les actifs négociés font l’objet d’une livraison et d’un règlement instantané, ndlr), à 500 /t.» La bonne santé du marché de l’éthanol, carburant comme gel hydro-alcoolique, nous profite également, puisqu’il concerne un quart des betteraves françaises. Ajoutez enfin un attrait pour les pulpes de betteraves. Quid du bénéfice pour le planteur ? «On peut espérer une rémunération à hauteur de 30,50 /t de betteraves à 16°». 

Le spécialiste prévient cependant : «Nous devons absolument réussir à bénéficier de cette embellie, parce qu’elle pourrait ne pas durer longtemps.» La concurrence des autres productions agricoles, telles que le colza ou le blé, pèse aussi sur la filière. «Les cours de ces productions se portent très bien et attireront davantage les producteurs si le prix des betteraves n’est pas à la hauteur.» Pour stabiliser les revenus et «passer d’éventuelles périodes de vaches maigres», la CGB veut miser sur le marché à terme. «Nous souhaitons que le sucrier puisse proposer à ses betteraviers d’indexer une partie de ses betteraves, celles produites hors contrat, sur le marché à terme. Cela permettrait d’ajuster l’offre à la demande. Produire moins de betteraves quand la conjoncture est mauvaise, et en produire plus lorsqu’elle est bonne, avec la possibilité d’atteindre des prix intéressants», présente Timothé Masson. «Cet outil est la clé pour  préserver nos surfaces et nos outils, puisqu’ils seront plus souvent à saturation», ajoute Dominique Fievez, président de la CGB Somme. 

Cela implique toutefois que les sucriers et les planteurs puissent s’entendre sur une formule de partage. Ailleurs, en Europe, la pratique est adoptée par deux industriels : British Sugar, en Angleterre, et Nordzucker, au Danemark, avec lequel les planteurs ont obtenu une approbation de principe. 

* Pour rappel, le marché à terme ne sert pas à commercialiser sa marchandise, mais permet uniquement de fixer des prix, le marché trouvant son débouché sur le marché physique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde