Aller au contenu principal

Maschio Gaspardo France s’installe à Beauvais

Ce jeudi 16 septembre, était inauguré à Beau-vais le site de la filiale française du constructeur italien spécialisé dans le travail du sol, le semis, la protection des cultures, l’entre-tien des espaces verts et la fenaison.

Installé dans une zone d’activité au nord de Beauvais, à proximité de l’aéroport, le site est opérationnel depuis plus d’un an, mais la crise sanitaire a retardé son inauguration. C’est chose faite dorénavant, en présence des dirigeants italiens de la marque (arrivés par avion), de Michel Schietequatte, directeur commercial France, de Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente de l’agglomération du Beauvaisis, de nombreux élus et de tous ceux qui ont œuvré pour que la filiale française du constructeur italien choisisse Beauvais pour s’installer. Étaient invités à l’événement tous les concessionnaires français qui vendent la marque transalpine.

«Si nous avons choisi de nous installer ici, c’est parce que c’est Beauvais qui s’est montrée la plus désireuse de nous avoir à ses côtés», annonce d’emblée Michel Schietequatte. 

Maschio Gaspardo est installé en France depuis 1983, à La  Ferté-sur-Aubin, dans le Loiret. Mais, avec le développement de la marque à l’international, le groupe ayant des usines en Italie, Roumanie, Inde et Chine, la question de l’opportunité de rester dans le Loiret s’est posée. Souhaitant augmenter les ventes dans les zones de grandes cultures du nord de la France, de la Belgique et du Royaume-Uni, une nouvelle implantation au nord de Paris, «dans le triangle Roissy-Beau-vais-Compiègne», a été décidée. «Notre volonté était d’avoir un site simple et fonctionnel, à proximité des axes routiers et d’un coût supportable. Et c’est le secteur de Beauvais qui a présenté les meilleurs arguments», détaille Michel Schietequatte. 

L’environnement a joué un grand rôle car l’agriculture est un axe  de développement fort du secteur, comme le rappelle Caro-line Cayeux. «L’agro-business et l’agro-recherche sont à la pointe à Beauvais grâce à des acteurs locaux reconnus et performants, comme UniLaSalle ou Agco. Venir à Beauvais, c’est s’assurer de rentrer dans un écosystème agricole d’excellence, un outil de valorisation du territoire. Les contacts avec Maschio Gaspardo ont été pris au Sima en 2017 et nous sommes aujourd’hui très fiers d’accueillir à Beauvais un grand groupe de l’agro-équipement», souligne Caroline Cayeux.

 

La base française du groupe

Bien entendu, les élus locaux ont été sensibles à la trentaine d’emplois locaux créés, qui seront renforcés à terme par le recrutement de nouveaux salariés et d’apprentis. Le site de Beauvais accueille la filiale de vente et ses fonctions supports. Le marketing, l’administratif et le service garantie sont à Beauvais. Les matériels de la gamme ne transitent pas par Beauvais, ils sont livrés directement aux concessionnaires de la marque depuis les usines de fabrication. 

Mais le site accueille les concessionnaires et les équipes tech-niques qui sont formés sur place. D’où la présence des modèles des différents matériels du groupe, présentés en extérieur lors de cette inauguration, qui serviront de support aux formations dis-pensées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde