Aller au contenu principal

Maxime Baticle, le Horseman science, au Salon chasse pêche et cheval

Ces 24 et 25 mars, les passionnés de chasse, de pêche et de cheval auront rendez-vous à Mégacité, à Amiens, pour un Salon dédié à leurs pratiques. Parmi eux, Maxime Baticle fera une démonstration d’équitation éthologique.


Chuchoter à l’oreille des chevaux ? Maxime Baticle veut bien de cette définition. «C’est une grosse métaphore de ce que je fais avec les chevaux. Avec eux, le langage est essentiellement corporel, mais les gestes deviennent tellement discrets lorsqu’on se comprend parfaitement que quelqu’un d’extérieur ne distingue presque rien.»
Pour la quatrième édition du Salon chasse pêche et cheval en Somme, à Amiens, le professionnel de vingt-neuf ans, basé à Sains-en-Amiénois, sera en démonstration trois fois par jour avec Tabatha, sa jument Oldenburg de dix ans, qu’il forme depuis trois ans. Et, en effet, difficile de capter l’ordre qui indique à Tabatha, en liberté, d’aller sauter un plot posé au milieu de la piste. «L’objectif est d’expliquer au public, cavalier ou non, comment on apprend au cheval. Pour cela, il faut d’abord comprendre comment il fonctionne.»
Mieux connaître l’animal, Maxime, qui a appris à monter à poney à l’âge de sept ans, s’y est intéressé très rapidement. «J’ai eu le déclic lors d’une démonstration d’Andy Booth (célèbre éthologue qui a monté une école en France) à Amiens, quand j’avais douze ans.»
Un premier stage de dix jours chez son mentor, au Haras de la Cense, dans la forêt de Rambouillet, l’a emballé. Et Maxime n’a pas hésité, une fois son master de management et stratégie d’entreprise en poche, à orienter sa carrière professionnelle vers le cheval. BPJEPS équitation (ex-monitorat), puis formation auprès d’Andy Booth pendant un an et demi, «sur les routes de France, dans les écuries des cavaliers internationaux». Le voilà désormais officiellement un Horseman science, nom donné par le maître de cette pratique, soit la science que détient un homme de cheval.

Confort et sécurité : les clés
La méthode qu’emploie Maxime repose sur deux principes : le confort et la sécurité. «Un cheval cherche toujours à être en situation confortable, dans laquelle il se sent bien. Et la sécurité, pour lui, c’est de comprendre ce qu’on attend de lui. Quand on a compris ça, c’est facile !» Une mauvaise réponse d’un cheval à un ordre se traduira par une situation d’inconfort. Exemple : «S’il ne passe pas au-dessus de l’obstacle, il doit galoper. Dès qu’il le franchit, il peut se reposer. Il finira par toujours vouloir le sauter pour pouvoir se reposer». Pour la confiance, les mêmes codes sont utilisés, quelle que soit la situation.
Une méthode unique pour tous les chevaux donc ? «Oui, mais qui doit être adaptée à chaque animal, car, comme les humains, ils ont leur propre personnalité, avec leurs forces et leurs faiblesses.» Nombre de propriétaires confient des chevaux «compliqués» à Maxime. Un défi, mais aussi une tâche risquée. «Quand on me demande de rééduquer un étalon de quatre ans un peu agressif en un mois seulement, c’est formateur, mais très compliqué.»

Boîte à outils
Car la mémoire d’un cheval ne s’efface pas. Alors s’il a vécu un traumatisme, il faut reconditionner les réponses qu’on attend de lui. «Et cela peut prendre beaucoup de temps. D’autant que certains chevaux apprennent plus vite que d’autres.» L’idéal, selon lui, serait de fournir «la boîte à outils» de la relation homme-cheval à tous les cavaliers, pour éviter les comportements dangereux des équidés.
«N’importe quelle race, pour n’importe quelle utilisation (concours, travail, loisir…), devrait bénéficier de cette même base de travail», assure Maxime. Cette méthode ne doit pas être différenciée de l’équitation classique. Et pour le prouver, l’éthologue, aussi cavalier de concours en saut d’obstacles, compte bien reprendre sa carrière sportive, un peu mise de côté pour se consacrer à l’enseignement ses derniers temps. En attendant, il divulguera ses précieux conseils à tous les intéressés ce week-end, le samedi à 11h25, 13h40 et 16h30, et le dimanche à 11h35, 15h et 17h.

Infos pratiques

Salon chasse pêche et cheval en Somme

Adresse : Mégacité, avenue de l’hippodrome,
80011 Amiens cedex 1
Dates : Samedi et dimanche 24 et 25 mars, de 9h à 19h
Tarif : 5 € ; 1 € pour les moins de douze ans

Programme

- Chasse : assemblée générale ordinaire et statutaire de la Fédération départementale des chasseurs de la Somme, le samedi à 9h, dans l’auditorium Jules-Verne ; simulateur de tir ; tir à l’arc.
- Pêche : animation de la Fédération de la Somme pour la pêche et la protection du milieu aquatique ; CPAS Carpe Avenir Somme, sensibilisation au respect de l’environnement et des lieux de pratique ; Carnasomme, une piscine pour en apprendre davantage sur la composition des leurres et de leur style de nage ; les Moucheurs de la Bresle, animation sur la pêche à la mouche ; les pêcheurs de compétition du CD 80, atelier montage de ligne.
- Equitation : voltige, équitation western, cheval de Trait boulonnais, éthologie, spectacle d’ânes, équifun, attelage de chevaux Henson, saut d’obstacles, équifeel, cheval de bat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde