Aller au contenu principal

Médecines alternatives : l’homéopathie est efficace, mais pointue

Depuis trois ans, Didier Leleu, exploitant laitier à Bezinghem, utilise l’homéopathie pour soigner ses vaches et obtient des résultats plus que satisfaisants.

Didier Leleu soigne trois mammites sur quatre grâce à l’homéopathie.
Didier Leleu soigne trois mammites sur quatre grâce à l’homéopathie.
© © A. P


Depuis trois ans, les pipettes d’homéopathie ont remplacé les seringues d’antibiotiques dans la pharmacie des quarante laitières de Didier Leleu. «Je pensais depuis un moment à cette méthode alternative, notamment pour soigner les mammites, mais l’utilisation est assez complexe, raconte l’exploitant, installé en conventionnel à Bezinghem (62). Alors, lorsque le Geda du Haut-Pays a mis en place un groupe de réflexion autour de cette pratique, j’ai tout de suite adhéré.»
Grâce au travail de groupe et aux échanges de connaissances, le professionnel a peu à peu appris à se servir de ces substances diluées. L’éleveur parvient désormais à soigner trois mammites sur quatre uniquement avec l’homéopathie. Celle-ci lui permet aussi de traiter les diarrhées des veaux, les panaris… «Il nous manque seulement des solutions pour les non délivrances des vaches lors de la mise bas.»
Jean-Louis Knockaert, conseiller du Geda, précise : «L’homéopathie est très efficace et peut soigner en quelques heures, mais la grande difficulté est de cerner l’origine du problème pour pouvoir appliquer le bon traitement.» Car, pour une pathologie, une centaine de remèdes peuvent exister, mais très peu seront adaptés. Et certains remèdes ne sont pas compatibles avec d’autres.

Savoir observer
Alors, Didier Leleu observe. Il est devenu le spécialiste de son troupeau. «Pour une mammite, on ne peut pas se contenter de regarder le pis uniquement. Il faut observer le comportement de la vache : dort-elle, est-elle stressée, a-t-elle le corps chaud et les extrémités froides ? Il faut décortiquer son corps comme un puzzle !» Le jeu de l’observation en vaut la chandelle : en deux ans, Didier Leleu est passé de 69 e/UGB à 23,5e/UGB de frais vétérinaires, soit une réduction de 65%. Il a même réduit l’utilisation de seringues antibiotiques de 75 % pour le traitement des mammites. Mais il s’agit d’une tendance, puisque les vrais vétérinaires peuvent varier d’une année à l’autre. « Il faut attendre une dizaine d’années de pratique pour que les chiffres soient significatifs », précise-t-on au Geda.
Il faut dire que les traitements ne coûtent presque rien. Un tube de granules se vend en pharmacie entre 2 et 5 € en moyenne. Jean-Louis Knockaert préconise ensuite de diluer deux granules dans une pipette de quelques millilitres, remplie à un tiers d’eau déminéralisée et à deux tiers d’alcool de fruit. «Ceci est la solution mère. Pour traiter une vache, deux gouttes de cette solution, rediluées dans une pipette d’eau, entière suffisent.» Appliquer ensuite sur une muqueuse, dans la bouche, la vulve ou le nez. Aucune «dose» n’est en fait définie, car l’homéopathie repose sur le principe suivant : les substances administrées provoqueraient, si elles étaient concentrées, des symptômes similaires à l’animal malade. «Elles envoient un message au corps, qui active ses défenses», explique Jean-Louis Knockaert.
Didier Leleu ajoute cependant que «le mieux est d’anticiper, plutôt que de subir». Lui est devenu un maniaque de l’alimentation. «Mes vaches ont d’abord de l’enrubannage le matin, qui favorise la rumination. Puis, elles ont de l’ensilage de maïs, des pulpes de betterave et du concentré. Tout est pesé et calculé !» Ces rations équilibrées, combinées au confort des vaches, logées sur paille propre et qui sortent le plus possible en prairie, permettent de limiter les maladies au maximum.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde