Aller au contenu principal

Mercosur : Anvol demande à Emmanuel Macron de respecter ses engagements

S'inquiétant de l'imminence d'un accord commercial entre l'UE et le Mercosur dans un communiqué du 13 juin, l'interprofession de la volaille de chair demande au président de la République de «respecte[r] ses engagements du 11 octobre 2017 à Rungis». Emmanuel Macron avait alors insisté sur la «souveraineté alimentaire» et mis en garde contre le risque de «dépendre de manière complète de pays voisins». Selon Bruxelles, l'accord de libre-échange avec le Mercosur pourrait être conclu avant l'été. «Si les chiffres (…) se confirment, l’Union européenne pourrait importer alors près d'1 Mt de poulet», s'inquiète l'interprofession. Sur les 900 000 t de volailles déjà importées par l'UE, «plus du tiers proviennent du Mercosur», rappelle Anvol. Un poulet brésilien coûte «près de deux fois moins cher qu’un poulet européen, car toutes les exigences imposées au poulet européen ne s’y appliquent pas». Depuis plusieurs mois, l'exécutif français répète qu'il n'acceptera pas d'importations qui ne respectent pas les normes françaises. Mais, au niveau européen, Paris n'a pas rassemblé une majorité pour bloquer la signature de l'accord avec le Mercosur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde