Aller au contenu principal

Mercosur : la filière betterave-sucre-éthanol «menacée»

L’AIBS, interprofession de la betterave et du sucre, alerte le gouvernement sur les «menaces» qui pèsent sur la filière betterave-sucre-éthanol française dans le cadre des négociations le 27 juin sur l'accord de libre-échange UE/Mercosur. «Il est indispensable que le droit de douane qui sera fixé pour les contingents Mercosur reste inchangé à 98 €/t pour le sucre», selon un communiqué. Toute diminution risque d’entraîner «des demandes d’alignement à la baisse» des droits chez les titulaires de contingents dits CXL, notamment le Brésil, explique l’AIBS. Le Brésil pourrait bénéficier, en cascade, de contingents préférentiels au titre du Mercosur, du régime d’importation CXL, voire de contingents additionnels de compensation pour cause de Brexit, d’après le communiqué. Pour l’éthanol, il s’agit de ne pas aller au-delà de ce que la Commission a proposé: un quota à droits réduits à 1/3 des droits actuels. L’AIBS juge «essentiel de conserver ce droit résiduel d’1/3, sans quoi le quota attribué au Mercosur viendra s’ajouter aux surcapacités de production européennes». Et de rappeler par ailleurs la promesse du gouvernement que «le respect de l’accord de Paris sur le climat était une condition à la signature d’accords commerciaux internationaux».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde