Aller au contenu principal

Mercosur : la FNSEA appelle à la mobilisation

La FNB (éleveurs bovins) appelle à manifester contre l’accord de libre-échange avec le Mercosur «dès le 2 juillet», a déclaré son président Bruno Dufayet à Agra Presse. Organisées par la FNSEA et toutes ses associations spécialisées, ainsi que par les JA, ces actions visent certaines préfectures de province. Pour M. Dufayet, l’accord avec le Mercosur est «la goutte d’eau qui fait déborder le vase». «On ne peut à la fois porter les EGA et signer un tel accord» qui prévoit l’ouverture d’un quota de 99 000 t de viande bovine.

«La clé est entre les mains d’Emmanuel Macron et celles des députés européens», souligne le président de la FNB, qui appelle le Conseil et le Parlement européens à refuser l’accord conclu par la Commission le 28 juin. «On nous a toujours dit que l’accord inclura des lignes rouges, mais il n’y en a pas», regrette Bruno Dufayet. Selon lui, «la clause de sauvegarde [introduite par Bruxelles] ne protègera pas les éleveurs.» La suite donnée à ces actions dépendra de l’évolution de la situation, qui sera abordée lors d’un rendez-vous entre Didier Guillaume (ministre de l’Agriculture) et Christiane Lambert (présidente de la FNSEA) le 2 juillet au matin.

Anvol demande à Emmanuel Macron de «ne pas ratifier l’accord»

Dans une lettre ouverte publiée le 1er juillet, l’interprofession de la volaille de chair demande au président de la République de «ne pas ratifier l’accord» avec le Mercosur conclu le 28 juin par la Commission européenne. «180 000 tonnes de volailles supplémentaires pourront progressivement être importées de ce continent vers l’Europe», s’inquiète Anvol. Un tonnage qui «représente l’équivalent de 4 500 emplois directs en France, dont 1 500 éleveurs». L’accord avec le Mercosur «annihile tous [les] efforts» déployés pour mettre en place le plan de filière, estime Anvol.

En additionnant les contingents déjà accordés dans d’autres accords de libre-échange, «l’Europe va devoir absorber au total 1,2 Mt de volaille en provenance des pays tiers, soit plus que la production annuelle française de poulet.» Facteur aggravant, selon l’interprofession : le Brexit, qui fait courir un «risque de rapatriement [sur l’UE-27] de 650 000 t de volailles supplémentaires initialement destinées au Royaume-Uni

La CR se mobilise aussi

La Coordination rurale (CR) organisera une manifestation devant l’Assemblée nationale le 17 juillet, jour où sera examiné l’accord de libre-échange avec le Canada (Ceta). «Nous demandons aux députés de prendre l’engagement moral de ne pas ratifier le Ceta», explique Alexandre Armel, responsable de la section viande de la CR. Son syndicat a envoyé des courriers aux parlementaires la semaine dernière et aurait reçu «des retours positifs de différents bords politiques».

Concernant l'accord avec le Mercosur, la Coordination rurale demande dans son communiqué du 1er juillet: «Pourquoi les agriculteurs européens devraient-ils continuer de fournir des efforts imposés par l’UE alors qu’elle les sacrifie délibérément ?» «En acceptant l’entrée de 99 000 t de viande bovine du Mercosur, 65 000 t du Ceta, en plus des 45 000 t du panel hormones (…) ou encore 40 000 t de Nouvelle-Zélande, nos dirigeants renient les objectifs de transition écologique annoncés lors des EGA», ajoute-t-elle. La CR appelle les parlementaires européens à ne pas ratifier l’accord avec le Mercosur, estimant que «l’Europe perd sa souveraineté alimentaire et ses agriculteurs.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde