Aller au contenu principal

Cultures
Mieux cultiver les protéagineux

Alors que la France et l’Europe souffrent d’un déficit de production de protéines végétales, que ce soit à destination de l’alimentation animale ou humaine, les protéagineux ont une carte à jouer. L’enjeu du plan protéines qui devrait être déployé est d’augmenter les surfaces, la production et la rentabilité de ces cultures.

"Dès le printemps 2020, nous avons observé des symptômes précoces de viroses sur les protéagineux."
© Arvalis

Les freins sont nombreux et si les agriculteurs sont hésitants à semer plus de protéagineux, c’est entre autres à cause de nombreuses viroses qui les touchent. Anne Moussart, spécialisée en maladies des protéagineux chez Terres Inovia, rappelle que les virus sont des parasites intracellulaires qui infectent la plante durant toute sa vie. Pour trouver des hôtes, les virus se servent souvent de vecteurs comme les insectes piqueurs  suceurs. Les pucerons sont ainsi de bons vecteurs de viroses car ils sont souvent polyphages. Leur cycle biologique, sexué et par parthénogénèse, ainsi que leur comportement alimentaire, en font des ennemis redoutés des cultures. En conditions favorables, leurs populations croissent vite.
L’année 2020 aura été particulière à bien des égards. «Dès le printemps 2020, nous avons observé des symptômes précoces de viroses sur les protéagineux, d’où la création d’un observatoire composé de quatre-vingt parcelles réparties dans différentes régions et semées en pois, féveroles, lentilles et pois chiche. Outre la description des symptômes, les analyses sérologiques, le contexte parcellaire et les données climatiques, neuf virus différents, souvent présents dans les protéagineux ont été recherchés», détaille Anne Moussart.
La présence de ces virus se traduit souvent par les mêmes symptômes en pois et féveroles : nanisme, jaunissement, rougissement, pourriture, crispation, mosaïque, nécroses, enroulement des parties aériennes, mais aussi déformation des gousses, mauvais remplissage, pourriture, graines réduites, tachées… En moyenne, dans les parcelles, les analyses ont révélé la présence de deux à cinq virus, également présents dans les plants asymptomatiques. «Plus une plante est infectée jeune, plus les symptômes sont importants», assure Anne Moussart. Au final, on relevait 7 virus différents sur pois dont 4 très fréquents, 7 également sur féveroles dont 5 très fréquents, 6 sur lentilles dont 4 fréquents et 4 sur pois chiche dont 2 fréquents.

Virus

 

2020, une année favorable aux viroses
Les conditions de l’année 2020 ont été très favorables au développement des viroses. D’abord, des températures plus douces que la moyenne entre novembre et avril, d’où de nombreux vols de pucerons et une forte parthénogénèse. Ensuite, des cultures peu développées lorsque les attaques de pucerons sont intervenues. En effet, les semis 2020 sont intervenus globalement plus tardivement que les semis 2019. Les pucerons se sont rapidement développés avant la floraison et les traitements appliqués ont été efficaces sur les populations de pucerons, mais il était trop tard, les virus avaient colonisé les plantes. Enfin, les conditions sèches et chaudes qui ont marqué le printemps et l’été ont amplifié les dégâts.
Conséquences sur les rendements : un fort impact à la baisse et une qualité moindre, d’autant plus que les plantes ont été touchées avant la floraison, stade critique. Les graines avaient une moindre qualité visuelle, leur faculté germinative était réduite et elles pouvaient être porteuses de virus en cas de réutilisation en semences fermières.
Quelle stratégie adopter face à ce constat ? «On a noté une augmentation significative des interventions en 2020, en particulier avant floraison», annonce Anne Moussat. Il convient donc de surveiller les parcelles en début de cycle et d’intervenir selon les seuils, c’est-à-dire le pourcentage de plantes touchées.

L’impact de la date de semis sur le rendement des pois protéagineux
Les implantations de pois, qu’ils soient d’hiver ou de printemps, ont été perturbées par les conditions pluvieuses de novembre à avril, excepté octobre et janvier puis à partir de mars. Résultat : des dates de semis retardées, de dix jours en moyenne pour les pois d’hiver et de cinq jours pour ceux de printemps. «Novembre est vraiment le mois idéal pour les semis de pois d’hiver», martèle Aurore Bailliet, de Terres Inovia, particulièrement la première quinzaine du mois. «Plus on sème tard, plus le potentiel est entamé. Semer des pois d’hiver au printemps est possible car le pois n’a pas de besoins de vernalisation, mais le rendement sera moindre car il a des besoins de température qui ne seront pas atteints avec un semis de printemps.»
Le pois de printemps est moins sensible à la variation de la date de semis, mais les implantations précoces limitent les risques de stress hydrique et thermique. Au final, le pois d’hiver semble mieux adapté au changement climatique, la seule crainte concerne le gel hivernal et les bactérioses.

 

Désherber mécaniquement en plein des pois

Bastien Rémurier, ingénieur Terres Inovia, rappelle que le désherbage mécanique des pois est possible, bien que peu pratiqué. Aux outils traditionnels, herse étrille et houe rotative, s’ajoute maintenant la roto-étrille. La herse étrille est assez agressive, déconseillée pour les sols battants ou en présence de résidus. Néanmoins, avec les réglages adéquats, elle présente l’avantage d’avoir un débit de chantier intéressant car elle peut mesurer 12 m de large, voir 24 m. La houe rotative, quant à elle, est plus sélective des cultures, décroûte bien le sol. Elle demande une bonne maîtrise des réglages. «Le désherbage mécanique devrait se développer sur pois car le contexte est favorable : baisse des IFT, sécheresse au printemps et recherche d’une marge de manœuvre économique», annonce l’ingénieur. La roto-étrille, outil qui combine les avantages de la herse étrille et ceux de la houe rotative, convient mieux en TCS (techniques culturales simplifiées) et a un bon débit de chantier. Elle déplace la terre qui recouvre les adventices arrachés, les étouffant.
Pois
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde