Aller au contenu principal

Mise aux normes bien-être des truies gestantes : l’échéance approche !

Un questionnaire national combiné à d’autres informations permettra de classer les élevages en plusieurs catégories.

Un questionnaire national a été envoyé à l’ensemble des éleveurs ; combiné à d’autres informations, 
il va permettre de classer les élevages en différentes catégories par rapport à l’obligation de mise aux normes.
Un questionnaire national a été envoyé à l’ensemble des éleveurs ; combiné à d’autres informations,
il va permettre de classer les élevages en différentes catégories par rapport à l’obligation de mise aux normes.
© AAP

A partir du 1er janvier 2013, la conduite en groupe des cochettes et des truies pendant leur gestation, pour la période allant de 28 jours après la saillie et jusqu’à une semaine avant la date prévue de mise bas, sera obligatoire dans les 27 pays membres de l'Union européenne, onze ans après l'adoption de la mesure.
Actuellement, cinq Etats membres se disent 100% aux normes et douze estiment qu’ils les atteindront d’ici la fin de l’année. Cinq prévoient d’arriver à 90% et quatre entre 70 et 90%. Néanmoins, ce sont des données remontées par chaque gouvernement à la Commission européenne et qui peuvent donc être approximatives ou erronées.
A l’échelon national, 66 % des élevages seraient, d’après les estimations, en «conformité» avec la réglementation d’ici la fin de l’année (67% pour la Picardie). 11 % des élevages arrêteront leur activité naissage d’ici décembre 2012 (4% en Picardie). 77% des élevages seront donc aux normes au 1er janvier 2013.

Déroulement des contrôles
La Commission européenne a souligné qu’il n’y aurait pas de report de l’échéance et qu’elle serait très ferme sur le respect de la directive dès début 2013. Depuis mi-septembre et jusqu’au 15 octobre 2012, l’administration a procédé à une phase de pré-classification de chaque site ayant une activité de naissage en recoupant l’ensemble des informations en sa possession (Sigal, Ddpp, Ddt(m), services des installations classées, éventuelles déclarations spontanées justifiées d’éleveurs, questionnaires envoyés durant l’été à l’initiative de certaines Ddpp…). A l’issue de cette étape : la direction générale de l’alimentation au ministère de l’Agriculture a envoyé dans ses services départementaux une note de service accompagnée d’un questionnaire. Celui-ci a été diffusé à l’ensemble des éleveurs français avant le 30 octobre 2012, avec un délai de réponse d’un mois. Ce questionnaire national combiné aux autres informations récoltées va permettre de classer les élevages selon différentes catégories :
- ceux qui n’ont pas répondu au questionnaire et pour lesquels aucune information n’est disponible ;
- ceux qui ont déclaré n’avoir pas de projet de mise aux normes dans le questionnaire ;
- ceux qui ont déclaré être conformes sans production de justificatifs ;
- ceux qui ont déposé un dossier de demande d’aide en 2012 ou qui ont déclaré dans le questionnaire avoir un projet avec production de justificatifs.
Ce classement va hiérarchiser l’ordre des contrôles à venir. Selon votre situation, répondre à ce questionnaire pourrait retarder les contrôles et vous permettre de terminer vos travaux de mises aux normes.
La Fédération nationale porcine (FNP) continue de travailler activement pour obtenir le maximum de souplesse dans les contrôles que va imposer l’administration française aux éleveurs en 2013. Pour toutes questions, les éleveurs ne doivent pas hésiter à contacter la Fdsea.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde