Aller au contenu principal

Molliens-Dreuil : «devenir agriculteur ne s’improvise pas, ça se prépare»

Echo de l'assemblée cantonale de Molliens-Dreuil

Foncier et installation ont focalisé les débats à l’assemblée de Moliens.
Foncier et installation ont focalisé les débats à l’assemblée de Moliens.
© AAP

C’est à Camps en Amiénois, le jeudi 6 décembre, que s’est tenue l’assemblée du canton de Molliens. Le président, Patrick Lépine, est revenu sur les moments forts de l’année et notamment Plaine en fête qui s’est déroulé à Quesnoy sur Airaines et la foire de Saint-Clément à Airaines, axée sur l’élevage ovin. Le conseiller général, Jean-Jacques Stoter, est intervenu pour faire le point sur le remembrement. «La démarche est enclenchée depuis cinq ans. Au départ quelques communes étaient intégrées, désormais le remembrement s’étend sur onze communes, soit 4700 ha aménageables. C’est le remembrement le plus important, jamais effectué dans le département». Les surfaces en jeu sont donc importantes et la réticence des habitants persistent. Jean-Jacques Stoter a aussi évoqué le projet du Scot (schéma de cohérence territoriale) du grand bassin amiénois qui arrive à son terme suite à l’enquête publique effectuée en septembre. Il sera question notamment de limiter le terrain des propriétés privées à 750 m² en moyenne. Le conseiller général a ajouté qu’il fallait sensibiliser les gens au foncier, un élément capital pour l’agriculture.
Autre sujet évoqué, l’installation des jeunes. Anne Catteau, d’Ori Agri-Conseils, est revenue sur les différentes étapes du parcours à l’installation. «Devenir agriculteur ne s’improvise pas, ça se prépare», a-t-elle souligné, rappelant que l’installation devait s’anticiper au moins un an à l’avance. Puis, elle a détaillé les aides existantes, attribuables sous certaines conditions. «En moyenne un JA peut espérer 45 000 € d’avantages cumulés sur cinq ans, parfois plus, parfois moins» a-t-elle précisé.

L’installation : un projet de vie à anticiper
La parole a ensuite été laissée aux JA présents dans la salle. Sans négliger l’importance des aides, Romain Dubois a déclaré qu’elles ne devaient pas empêcher les jeunes de se faire du revenu. «L’installation est un projet de vie, le parcours à l’installation ce n’est pas que pour l’argent, ça permet aussi de poser le projet, de le réfléchir entouré par des professionnels», a-t-il commenté. La lourdeur administrative dans les parcours est souvent dénoncé, «mais moi j’ai été installé en quatre mois», a témoigné Guillaume Clop. Anne Catteau l’a appuyé en disant que certains délais peuvent être maitrisés.
Anne Catteau a également présenté les dispositifs existants pour les cédants : le diagnostic installation, les aides à la transmission, le répertoire départemental installation dans lequel de futurs cédants peuvent s’inscrire. Divers organismes peuvent aussi les aider : la Safer, terre de liens, des agences immobilières, des notaires. Mais le bouche à oreille reste le meilleur moyen pour trouver un successeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde