Aller au contenu principal

Molliens : tout savoir sur la main-d’œuvre

Les assemblées générales cantonales de la Fdsea de la Somme ont débuté le 7 janvier dans le canton de Molliens-Dreuil.

Les participants étaient à l’écoute des intervenants.
Les participants étaient à l’écoute des intervenants.
© AAP


Et c’est parti pour la traditionnelle tournée des cantons à l’occasion des assemblées générales cantonales. Cette année, c’est à Quesnoy-sur-Airaines que la première AG s’est déroulée sous la présidence de Patrick Lépine et avec la participation de Laurent Degenne, président de la Fdsea. Cette journée fût l’occasion de faire un tour d’horizon des actualités syndicales et cantonales. Le remembrement se met en place dans le canton. Décidé en 2006, «les agriculteurs devraient rentrer dans les terres au mieux en septembre 2016, voire 2017», a indiqué Jean-Jacques Stoter, conseiller général. Autre thème évoqué : le contrôle des structures. Les participants souhaitaient avoir un éclaircissement sur le rôle de la Safer.
Difficile de savoir si on est dans les clous en matière de réglementation du travail. Thomas Quennehen, juriste au service main-d’œuvre de la Fdsea, est intervenu sur ce sujet. Il est notamment revenu sur la différence entre l’entraide et le bénévolat. «L’entraide agricole doit se faire entre agriculteurs. Il est nécessaire qu’il y ait réciprocité des services rendus et les échanges de service doivent être gratuits. Le bénévolat quant à lui doit être gratuit, spontané et occasionnel», a-t-il précisé.
Attention également à la notion d’entraide familiale. Les membres de la famille doivent être de la parenté directe (femme, enfants, parents ou frère et sœur). Les cousins ou parents éloignés n’en font donc pas partie. Il est courant que des amis ou voisins viennent donner un coup de main bénévole sur les exploitations, sans penser aux conséquences. «En cas d’accidents ou de contrôle, s’il est prouvé que la personne donne un coup de main régulier et non pas un simple coup de main occasionnel, les conséquences risquent d’être importantes pour le prestataire comme pour le bénéficiaire du service», a ajouté le juriste. Mieux vaut donc prévenir en déclarant systématiquement les personnes venant travailler sur les exploitations et éviter tout problème.
Par ailleurs, Thomas Quennehen a effectué une piqûre de rappel sur l’opportunité de changer de caisse de retraite complémentaire des salariés agricoles. Il était en effet impératif de retourner le bulletin d’adhésion avant le 15 décembre 2013 pour une prise d’effet au 1er janvier 2014. Il reste une dernière chance de réaliser le changement pour une prise d’effet au 1er janvier 2015. «Pour cela, il suffit de compléter et renvoyer dès maintenant le bulletin d’adhésion disponible sur le site de la Fdsea», a conclu Thomas Quennehen.
Autre sujet évoqué : la filière des oléo-protéagineux par Patrick Desmedt, conseiller productions végétales à la Fdsea. Bref, une journée bien remplie !

TRIBUNE

Denis Delattre, secrétaire général adjoint de la Fdsea
"Mesurer et orienter le travail de la Fdsea"

A vous tous, agriculteurs abonnés à l’Action Agricole Picarde, la Fdsea de la Somme vous adresse avec ce numéro un exemplaire des acquis syndicaux de l’année 2013.
Cette rétrospective dresse un bilan succinct du travail de la Fdsea de la Somme au cours des derniers mois.
A sa lecture, vous verrez la grande diversité des travaux et combats menés :
Sur l’élevage, cela va des actions syndicales pour le prix du lait aux recours juridiques sur les aides à l’engraissement.
Sur les productions végétales, cela va de la loi qui autorise les semences fermières jusqu’à l’appui juridique aux producteurs de semences de graines.
Sur l’environnement, cela va des travaux de négociations sur les trames verte et bleue à l'attaque au tribunal administratif du classement de l’Authie en zones vulnérables.
Sur la fiscalité et le social, cela va de l’action anti-écotaxe jusqu’à la mise en œuvre du guichet unique des cotisations sociales et retraite complémentaire (un vrai succès à la lecture des premiers taux de souscription).
Sur l’économie au sens large, vous pouvez y retrouver la ligne politique sur la PAC menée en pleine cohésion au sein du réseau Fdsea 80, Frsea Picardie, Fnsea, et sa portée dans les arbitrages du président de la République. Nous poursuivrons les travaux en 2014.
Au-delà des lobbies, nous sommes surtout un syndicat d’hommes et de femmes qui travaillent, s’investissent et investissent dans leurs exploitations et dans le monde rural.
Cette dimension humaine de proximité fait notre force. Pour l’exprimer, pour vous exprimer, pour faire vivre et avancer le syndicat, vous êtes tous conviés à venir participer dans les prochains jours aux assemblées générales cantonales. Lieux d’expression, de débat, de vie, ces moments nous permettent à tous de donner, de tenir et de juger le sens de notre action, le bien fondé de notre adhésion. Nous vous y attendons nombreux car c’est là que se bâtit le travail de la Fdsea, pour 2014 et les années futures.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde