Aller au contenu principal

Naissance de Cerfrance Picardie Nord-de-Seine

L’assemblée générale extraordinaire du Cerfrance Somme le 20 septembre dernier a validé le principe d’une fusion avec son homologue de l’Oise.

Jean-Michel Decherf, président de Cerfrance Oise et Hervé Demalle, président de Cerfrance Somme ont été suivis 
par leurs conseils d’administration respectifs, puis leurs adhérents en assemblées générales pour la création 
de Cerfrance Picardie Nord de Seine. 
Jean-Michel Decherf, président de Cerfrance Oise et Hervé Demalle, président de Cerfrance Somme ont été suivis
par leurs conseils d’administration respectifs, puis leurs adhérents en assemblées générales pour la création
de Cerfrance Picardie Nord de Seine. 
© V. F.



C’est un «moment important» de la vie des Cerfrance Somme et de l’Oise qui s’est joué les 19 et 20 septembre derniers. Après avoir créé des passerelles entre eux depuis plusieurs années, les deux centres de gestion ont fusionné pour donner naissance à une nouvelle entreprise  associative de services : le Cerfrance Picardie-Nord de Seine. Les assemblées générales extraordinaires qui ont précédé la fusion – elle sera effective au 1er octobre – ont été l’occasion de présenter les forces en présence et d’afficher un certain nombre d’ambitions pour la nouvelle structure.

Des profils d’entreprises proches
D’un côté, le Cerfrance Somme s’appuie sur un réseau de dix agences et un portefeuille de 7 000 adhérents-clients. Parmi eux, un peu moins de la moitié sont des entreprises agricoles (47 %),
suivis des artisans, commerçants et prestataires de services (32 %), des professions libérales (10 %), des SCI et GFA (9 %) et des associations (2 %). De l’autre, le Cerfrance de l’Oise repose sur un réseau composé de 7 agences dans l’Oise, 2 agences dans le département du Val d’Oise, une agence dans le département de l’Eure et une agence dans celui de la Loire. Son portefeuille clients comporte environ 3 000 entreprises, dont une majorité sont des entreprises agricoles (48 %), suivis par les artisans, commerçants et prestataires de services (35 %), les SCI et GFA (11 %), les professions libérales (5 %) et les professionnels du secteur hippique (1 %). La répartition des chiffres d’affaires par activité est elle aussi semblable : 70 % dans la Somme pour 71 % dans l’Oise en comptabilité, 16 contre 15 % dans le conseil aux entreprises, 3 contre 8 % dans les secteurs juridique, fiscal et gestion patrimoniale, et 2 % spécifiques au département de la Somme dans l’accompagnement des entreprises pour les questions d’hygiène, de santé et de sécurité au travail (QHSE).
En termes de capitalisation, les Cerfrance de la Somme et de l’Oise sont également proches avec une part de fonds propres dans leur bilan de respectivement 46 et 45 %. Les EBE des deux entreprises suivent la même ligne en représentant respectivement 4,5 et 4,1 % de leur chiffre d’affaires. D’une manière globale, ce sont donc «deux entreprises au profil et au fonctionnement proches qui ont décidé de travailler ensemble», s’est réjoui Hervé Demalle, président de Cerfrance Somme (1996) et du conseil national du réseau Cerfrance (2017).

Une offre de services évolutive
L’association des deux entreprises au sein du Cerfrance Picardie-Nord de Seine lui fait désormais escompter un portefeuille d’environ 10 000 adhérents pour un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros. Pour Hervé Demalle, «cette fusion ne doit pas avoir d’impact sur les montants de cotisations. Nous voulons conserver le rapport qualité-prix que nous proposions jusqu’à présent, même si l’offre de services peut être amenée à évoluer». Directeur de Cerfrance Somme, Olivier Taisne rappelle, quant à lui, que l’un des objectifs du Cerfrance Picardie Nord de Seine est d’atteindre un pourcent de croissance du nombre d’adhérents par an, «en s’intéressant à tous types d’entreprises». En parallèle à ses activités traditionnelles, Cerfrance Picardie-Nord de Seine pourrait en effet s’intéresser à de nouveaux domaines d’expertise : énergies renouvelables, conseil en RSE, ou encore numérique, conseil en stratégie ou gestion des datas.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde