Aller au contenu principal

Distribution
Négociations commerciales : atterrissage décevant pour les industriels

Alors que les industriels attendaient beaucoup des négociations annuelles, les principales organisations d’industries alimentaires estiment que les hausses obtenues auprès de la grande distribution se situent environ cinq points au-dessous des demandes tarifaires des fournisseurs. 

Au lieu d’être fluides, les discussions entre les fournisseurs et la grande distribution ont une nouvelle fois été extrêmement tendues.
Au lieu d’être fluides, les discussions entre les fournisseurs et la grande distribution ont une nouvelle fois été extrêmement tendues.
© Pixabay

«Le bilan est, hélas, toujours le même», amorce le président de l’Adepale (produits élaborés), Jérôme Foucault. Les industriels comptaient sur les négociations commerciales annuelles qui se sont achevées le 1er mars pour répercuter la forte inflation des charges et des matières premières dans leurs tarifs. Cette fois encore, c’est la déception. «Le compte n’y est pas. On est au mieux aux deux tiers des besoins (exprimés par les industriels, ndlr)», constate Jérôme Foucault. «C’est le retour de la guerre des prix», abonde le président de la Coopération agricole, Dominique Chargé. Les augmentations de tarifs demandées par les coopératives étaient de 13 % en moyenne, l’écart avec les hausses obtenues sera autour de 4-5 % selon les premières estimations. «Chaque année, on croit que ce sont les négociations les plus difficiles. Cette année, on est arrivés à un point de non-retour», relève la directrice juridique de l’Ania (industries alimentaires) Marie Buisson. 

Les adhérents de l’Ania demandaient entre 13 et 15 % de hausse de tarifs. «Il y aura un écart d’au moins cinq points» à l’arrivée, évalue-t-elle. Pour les TPE, PME et ETI (entreprises de taille intermédiaire), l’atterrissage se situe entre 7 et 8 % de hausses, selon les premières estimations de la Feef. À la veille de la clôture des négociations commerciales, le 28 février, le président de Système U Dominique Schelcher, puis le directeur général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel, ont indiqué tour à tour que les hausses obtenues par les industriels étaient d’environ de 10 %. Il faudra attendre quelques jours pour connaître le bilan officiel. 

 

Des négociations sur la part agricole 

Les discussions entre les fournisseurs et la grande distribution ont une nouvelle fois été extrêmement tendues. Quelques heures avant la clôture des négociations, le taux de signatures était encore «très faible», témoigne Marie Buisson. Le porte-parole de Lactalis, Christophe Piednoël, expliquait par exemple, le 28 février sur Radio Classique, que le géant du lait avait «signé avec deux des grands réseaux de distribution sur cinq». Les tensions ont porté principalement sur les matières premières industrielles, devenues la variable d’ajustement avec la sanctuarisation des matières premières agricoles (MPA) dans Egalim 2. Cependant, cette part du tarif, logiquement non négociable, n’aurait pas toujours été épargnée. La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert a dénoncé, également sur Radio Classique, le comportement de distributeurs qui «essaient de contourner la loi» sans payer «la juste part aux agriculteurs». «Un certain nombre de distributeurs contestent l’augmentation des charges des industriels et des agriculteurs», a-t-elle poursuivi. «Sur les MPA, nous sommes à 87 % de prise en compte, alors que nous devrions être à 100 %», confirme Marie Buisson. 

 

Même scénario qu’en 2022

L’édition précédente des négociations commerciales avait été marquée par la mise en œuvre à marche forcée de la loi Egalim 2, entrée en vigueur à la toute fin octobre, et le retour de l’inflation, avec une hausse globale des tarifs de 3 %. Le déclenchement de la guerre en Ukraine et l’explosion des charges industrielles et agricoles qui s’est ensuivi ont contraint les parties prenantes à renégocier leurs contrats tout au long de l’année. Au final, l’inflation des produits alimentaires s’établissait à 14,5 % sur un an en février 2023, selon l’Insee. Le président de l’Adepale, Jérôme Foucault, s’attend à voir le même scénario se reproduire cette année «avec de nouvelles augmentations de tarifs». «Beaucoup d’entreprises auront besoin de renégocier lorsque leurs contrats d’énergie vont arriver à échéance», abonde le président de la Feef, Léonard Prunier. À l’Ania, on observe que les clauses de renégociation prévues dans les contrats en cas de fortes variations du coût des matières premières ont été «mieux rédigées» dans les contrats et devraient permettre d’éviter de rouvrir officiellement les négociations commerciales. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

De 10h à 16h, le 31 mai, Benjamin et Raphaël Delva expliqueront aux visiteurs de leur ferme ce qui les a conduits à opter pour ce système, leur parcours, et la manière dont ils le gèrent aujourd’hui.
Une journée pour appréhender la production de lait à l’herbe… et bio

Le Gaec de la Ferme du Rivetin ouvrent les portes de son atelier laitier bio à l’herbe le vendredi 31 mai pour partager ses…

«On doit avoir des députés de dossiers plutôt que de plateaux de télé»

Alors que la date du scrutin pour l’élection des députés européens se rapproche – ce sera le 9 juin -, la FDSEA de la Somme a…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde