Aller au contenu principal

Négociations commerciales : «loin du compte»

Le bilan du médiateur des relations commerciales est tombé : les négociations commerciales se sont achevées sur une déflation de 0,4%.

L’Observatoire des négociations commerciales entérine une diminution de 0,4 % du prix d’achat des produits alimentaires vendus sous marque nationale et confirme une nouvelle hausse pour les produits laitiers. 
L’Observatoire des négociations commerciales entérine une diminution de 0,4 % du prix d’achat des produits alimentaires vendus sous marque nationale et confirme une nouvelle hausse pour les produits laitiers. 
© © D. R.



«Le compte n’y est pas du tout : la première année de négociations (sous la loi Egalim) n’a pas été satisfaisante», a constaté Didier Guillaume, le 16 avril, à l’issue d’une réunion du comité de suivi des relations commerciales réunissant producteurs, transformateurs et distributeurs à Bercy. Tous les acteurs ont affiché une volonté d’«aller plus loin» dans le sens d’une meilleure répartition de la valeur.
Le bilan du ministère de l’Agriculture était attendu, pour mettre fin à plusieurs semaines de bataille de chiffres entre industriels et distributeurs. «L’observatoire des négociations commerciales [...] entérine une diminution de 0,4 %
du prix d’achat des produits alimentaires vendus sous marque nationale pour l’année 2019 et confirme une nouvelle hausse pour les produits laitiers», a tranché le médiateur des relations commerciales agricoles, dans un communiqué, le 17 avril. S’agissant du frais, les produits laitiers (dont œufs) atteignent + 1,4 %, quand les produits non laitiers (viande, charcuterie, saurisserie, traiteur...) affichent - 0,7 %.

Pousser la contractualisation à trois
La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a souhaité «qu’on tire enseignement de tout ce qui ne va pas bien, dans tous les autres produits que le lait, pour faire mieux l’année prochaine. Il reste encore une pression à la baisse exercée par certains distributeurs, et je dis bien certains, parce qu’il y en a de plus vertueux que d’autres». Face à un secteur de la distribution «challengé, notamment par les ventes en ligne», l’amont doit «être plus fort» via des organisations de producteurs, la structuration des  filières, une contractualisation à trois (jusqu’à l’aval), selon elle.
Les entreprises alimentaires ont globalement subi des baisses de prix de 0,4 % malgré des demandes d’augmentation de 4 %, selon l’Ania. Pour Richard Girardot, président de l’association d’industriels, il convient toutefois d’«être indulgent» avec la loi Egalim. «Le lait a commencé sa contractualisation en 2013, pour des résultats en 2019.» Reste à «accélérer» la mise en œuvre du texte promulgué le 30 octobre. «J’ai bon espoir. Certains ont commencé à bouger», a-t-il déclaré. La loi Egalim est «une bonne loi», selon lui. «Nous avons un CDD, il faut le transformer en CDI», dit-il dans un communiqué en référence à la phase expérimentale prévue pour le SRP (Seuil de revente à perte) et l’encadrement des promotions.

Possibilité de sanctions
La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, a expliqué qu’«aujourd’hui, les agriculteurs et les transformateurs disent “il faut que ça aille plus loin“ et les distributeurs disent “ok, mais on joue dans le cadre d’une grande transparence de chacun des acteurs : quand je rends du prix aux transformateurs, je veux être sûr que ça redescende jusqu’aux agriculteurs“». Pour ce haut fonctionnaire de métier, «notre rôle, c’est de faire en sorte que la négociation se passe, que les rencontres aient lieu, et que ceux qui voudraient faire en sorte de contourner le jeu de la négociation y rentrent à nouveau, car nous avons des outils que sont les contrôles de la DGCCRF qui vont examiner de très près ce qui s’est passé et s’il y a des franchissements de ligne rouge, prendront des sanctions», a-t-elle ajouté.
«On a encore beaucoup de marge pour que les agriculteurs vivent de leur travail, a reconnu le ministre de l’Agriculture. Mais nous sommes confiants, car tous ceux qui étaient autour de la table (le 16 avril, ndlr) avaient envie d’aller dans la même direction : la meilleure répartition de la valeur.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

hôtel à cochons
En Chine, une méga-ferme de 600 000 porcs en construction
Cet « hôtel à cochons » devrait permettre de produire environ 54 000 tonnes de porcs par an.
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens
La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts…
pois de conserve
L'obligation de semer des Cipan partiellement levée
La préfecture de la Somme a levé, ce vendredi 12 août 2022, l’obligation d’implanter un couvert végétal après une culture de pois…
Coup dur pour les éleveurs de volailles de la Haute Somme
Jusqu’ici, les éleveurs de volailles de la Somme craignaient une contamination d’influenza aviaire sans trop vouloir y croire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde