Aller au contenu principal

Néonicotinoïdes : va-t-on vers un remake de 2016 au Parlement ?

Un débat passionné s’annonce lorsqu’il s’agira d’adopter la modification législative promise par Julien Denormandie pour ré-autoriser temporairement l’emploi des NNI destiné à protéger la betterave du puceron vert.

Sénateur de la Somme, Jérôme Bignon prédit des discussions passionnées dans les prochaines semaines au Parlement autour de la betterave.
Sénateur de la Somme, Jérôme Bignon prédit des discussions passionnées dans les prochaines semaines au Parlement autour de la betterave.
© D. R.

Quelle sera «l’ambiance» au parlement lorsqu’il s’agira de débattre de la modification législative devant permettre l’utilisation d’urgence et temporaire des néonicotinoïdes en enrobage de semence pour la betterave ? A l’heure qu’il est, difficile encore de le dire, mais au vu des réactions que cela continue de provoquer, il est fort à parier que les discussions seront encore animées. Sénateur de la Somme pour encore quelques semaines - il était le seul parlementaire à avoir participé à la réunion du 6 août - Jérôme Bignon se souvient de débats déjà particulièrement «violents» en 2016, lors de l’examen de la Loi Biodiversité, dite Pompili, qui avait voté la fin de l’utilisation des néonicotinoïdes. Aujourd’hui, favorable à une ré-autorisation temporaire des néonicotinoïdes, il considère comme une «erreur» la décision prise en 2016, et regrette l’absence de dérogation en France tandis que d’autres pays européens à l’image des Pays-Bas ou de la Belgique les ont prises.

Une décision à assumer


«Au Sénat, le vote ne devrait pas être trop difficile, estime M. Bignon. A l’Assemblée Nationale, par contre, la partie devrait être plus délicate, même si l’on compte sur le gouvernement pour faire comprendre à une majorité de députés l’intérêt de ce texte». En choisissant l’option législative et le débat devant le Parlement pour ré-autoriser temporairement ce que ce dernier avait interdit, le ministère de l’Agriculture prend un risque. Mais, selon Jérôme Bignon, il s’agirait également d’une manière «d’assumer pleinement» sa décision. Justifier le réemploi des néonicotinoïdes par la défense de la souveraineté alimentaire et la sauvegarde d’une filière agricole et agroalimentaire majeure pour l’économie de la France sont quant à eux des arguments qui «plaisent bien» à Jérôme Bignon. «Je ne vois pas comment on peut être contre ce genre d’explications», assure-t-il. S’il soutient la réutilisation temporaire des NNI pour la culture de la betterave, ce soutien reste néanmoins conditionné à la promesse d’efforts soutenus en matière de recherche : «Nous savons que l’INRAE travaille abondamment le sujet, mais il ne faut pas relâcher les efforts. Deux ou trois ne sont pas suffisants pour trouver une solution satisfaisante. Il manque encore un peu de temps. Mais cela dit, il faut que les choses avancent et que l’on débouche sur des solutions concrètes dans un temps raisonnable».

Des ONG demandent à M. Denormandie de maintenir l’interdiction

Dix-huit associations ont demandé le 18 août au gouvernement de ne pas accorder de dérogations pour l’utilisation des néonicotinoïdes aux betteraviers, dénonçant un «recul important» dans la protection des abeilles. Dans un courrier adressé au ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, Générations futures, le WWF, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Confédération paysanne, l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF) ou encore Stop pesticides l’appellent à «ne pas déroger à l’interdiction des néonicotinoïdes». Alors que le ministère de l’Agriculture a annoncé début août vouloir permettre aux planteurs de betteraves à sucre d’employer ces insecticides interdits depuis 2018, «dans des conditions strictement encadrées». Ces organisations se disent «scandalisées par cette décision (…) qui constitue un recul important du gouvernement sur la question des pesticides». Pour elles, les abeilles ne seront pas protégées parce que «l’exposition de pollinisateurs aux néonicotinoïdes se fait (…) même surtout par les fleurs sauvages» et parce que les «néonicotinoïdes sont persistants». Rejetant les arguments de «l’impasse technique et de la souveraineté alimentaire», les représentants de ces associations assurent être «95 000 citoyens (…) qui vous demandent (…) de ne pas accorder cette dérogation». Les néonicotinoïdes, qui s’attaquent au système nerveux des pollinisateurs ont été interdits de tout usage phytosanitaire en septembre 2018.

Barbara Pompili justifie la décision

Réautoriser un insecticide interdit pour préserver la betterave à sucre, menacée par le virus de la jaunisse, a été «une décision difficile à prendre», mais à défaut de solution d’ici six mois, «il n’y aura plus de filière sucrière en France», a déclaré, le 12 août, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili devant la presse, lors d’un déplacement à Biarritz. Selon l’AFP, «malheureusement, aujourd’hui on ne peut pas, si on veut garder une filière sucrière en France, agir de manière durable en si peu de temps», a-t-elle souligné. «Des semis vont être faits dans six mois, si on n’a pas trouvé de solution, ils ne se feront pas et donc il n’y aura pas de betteraves et il n’y aura plus de filière sucrière en France». «Comme il n’y a pas eu assez de recherches, assez d’alternatives, aujourd’hui on est dans le mur», a-t-elle expliqué. «Moi je veux bien qu’on dise : on ferme les sucreries de France, pourquoi pas ? Le choix qui a été fait, c’est de les garder ces sucreries. Pour qu’on ait des betteraves, il faut qu’on en plante», a-t-elle justifié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde