Aller au contenu principal

A Nesle, Tereos Syral traite 900 000 tonnes de blé par an

Une usine qui compte sur le marché des céréales et des produits amylacés.


Ce sont quelque 900 000 tonnes de blé qui entrent sur le site TereosSyral de Nesle chaque année, environ la moitié par camions, l’autre moitié par trains. Il en ressort encore plus de produits finis sous forme de protéines de blé, de gluten, de sirops de glucose, d’alcool de bouche, de polyols et coproduits...
Ces chiffres ont été donnés par Chantal Lucq, responsable des relations extérieures pour Tereos Syral à Nesle, aux agriculteurs du canton de Rosières, en visite sur ce site à l’occasion de la journée du 15 janvier consacrée à leur assemblée générale. Ils situent bien le poids de cette usine tant sur le marché des céréales que sur celui des produits amylacés.
Chantal Lucq a rappelé que la particularité de Tereos, groupe coopératif sucrier, est de disposer d’un actionnariat agricole souscrit par 52 000 agriculteurs, betteraviers, céréaliers et féculiers; un actionnariat considéré comme stable et fiable sur le long terme. Au fil du temps, les investissements sur le site ont contribué à la valorisation de l’ensemble des constituants du grain. C’est ainsi que les produits Tereos Syral sont présents dans la nutrition humaine et animale, le papier, le carton, la chimie du végétal, la santé, l’hygiène.
Le marché mondial des produits amylacés connaît une forte croissance en Amérique du Sud et en Asie. L’Europe consomme vingt-deux kilos de produits amylacés par habitant contre huit kilos en Asie et sept en Amérique du Sud.
279 personnes dont 150 postées travaillent actuellement sur le site vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, toute l’année.

"Qualité-hygiène-sécurité-environnement"
«Tereos Syral entretient la culture de l’audit», a expliqué Chantal Lucq. Dans chaque site, une fois par an, un audit orienté vers la sécurité est réalisé. Au cours de l’année, d’autres audits ont lieu en interne sur chaque site, en relation avec la sécurité alimentaire et l’environnement.
Dans le domaine de l’environnement, TereosSyral cherche en permanence à réduire sa consommation d’énergie, d’eau et de produits chimiques. Tout mètre cube prélevé dans la nappe génère des coûts de traitement en amont (pour l’amener à la norme voulue) et en aval (pour la purifier avant rejet dans l’Ingon). La station d’épuration, équivalente à celle d’une ville de deux cent mille habitants, traite aussi les eaux d’Ajinomoto Foods Europe, fabricant d’acides aminés, sur le même site.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde