Aller au contenu principal

Publireportage
Noriap diversifie ses filières bio

Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés évoluent chaque année. Une opportunité pour les producteurs.

Une équipe d'experts accompagnent les agriculteurs convertis ou en cours : de gauche à droite, Léonard Beguin, Géraldine Poiret et Vincent Dusannier.
© Noriap

«Les fourragères, notamment des légumineuses, sont un atout dans une rotation : elles couvrent le sol l’été et apportent de l’azote. Leur valorisation grâce aux filières de Noriap est une vraie opportunité», confie Thomas Bourgeois, agriculteur bio à Leglantiers (60), aussi président de la Fnams. Depuis 2011, les filières bio sont croissantes à la coopérative. «En 2020, 8 500 t ont été collectées et nous souhaitons atteindre 15 à 20 000 t en 2023», précise Géraldine Poiret, responsable cultures spécialisées et agriculture biologique chez Noriap.

"Il y a une demande et notre rôle est d’y répondre"

Ce développement a été rendu possible par l’aménagement de silos, d’une dizaine de sites de collecte et par la création de débouchés rémunérateurs pour les adhérents. Objectif : mailler le territoire pour faciliter le travail des agriculteurs bio. «Il y a une demande, avec de plus en plus d’agriculteurs qui se convertissent ou qui y réfléchissent, et notre rôle est d’y répondre», ajoute la spécialiste.

Ce travail est valorisé de la meilleure façon possible. Noriap propose notamment des filières spécifiques aux produits C2, soit en deuxième année de conversion qui ne peuvent pas être commercialisées en bio. «Nous orientons nos adhérents vers des cultures rémunératrices que nous savons valoriser en alimentation du bétail, grâce à notre filiale Novial, explique Géraldine Poiret. Le choix des espèces est alors primordial.»

Pour les parcelles converties, des filières spécifiques sont en place, comme celle des céréales panifiables, transformées par des meuniers régionaux. Les légumineuses bio, si bénéfiques dans une rotation, trouvent aussi leur débouché : «nous avons proposons des contrats pour le lupin, le grand et petit épeautre… Et nous menons des projets de R&D pour élargir les possibilités, comme avec la culture du chanvre.»

Fourragères bio : la nouveauté

2020 marquait la première récolte de semences fourragères bio, avec un peu plus de 100 ha de luzerne, trèfle violet, vesce commune et ray-grass. La fétuque élevée sera proposée cette année. «Avec l’évolution de la réglementation des semences bio, nous avons tout intérêt à développer ces cultures. Il y a une place à prendre», assure Géraldine Poiret.

En 2021, Thomas Bourgeois a prévu de cultiver 28 ha de ces semences, avec de la luzerne, de la fétuque élevée, du trèfle violet et du trèfle incarnat.Il prévient cependant : «cette culture est technique, surtout pour les semences de graminées, car il faut gérer l’enherbement de graminées dans d’autres graminées, comme du ray-grass dans la fétuque.» L’accompagnement technique de la coopérative est alors essentiel.

 

Accompagnement spécifique

Se convertir au bio nécessite d'être conseillé. Chez Noriap, deux techniciens spécialisés accompagnent les agriculteurs dans ce processus : étude technico-économique, orientation des assolementsselon les valorisations, aide technique, mise en place de contrats de filières…
Contactez Léonard Beguin (secteur sud, 07 50 64 89 45)
ou Vincent Dusannier (secteur nord, 07 85 97 21 24).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Festival agriculture picardie maritime
Abbeville prépare aussi son édition des « retrouvailles »
D’ici vendredi soir, les installations pour l’accueil du dixième Festival de l’agriculture en Picardie maritime devraient être…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde