Aller au contenu principal

Publireportage
Noriap diversifie ses filières bio

Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés évoluent chaque année. Une opportunité pour les producteurs.

Une équipe d'experts accompagnent les agriculteurs convertis ou en cours : de gauche à droite, Léonard Beguin, Géraldine Poiret et Vincent Dusannier.
© Noriap

«Les fourragères, notamment des légumineuses, sont un atout dans une rotation : elles couvrent le sol l’été et apportent de l’azote. Leur valorisation grâce aux filières de Noriap est une vraie opportunité», confie Thomas Bourgeois, agriculteur bio à Leglantiers (60), aussi président de la Fnams. Depuis 2011, les filières bio sont croissantes à la coopérative. «En 2020, 8 500 t ont été collectées et nous souhaitons atteindre 15 à 20 000 t en 2023», précise Géraldine Poiret, responsable cultures spécialisées et agriculture biologique chez Noriap.

"Il y a une demande et notre rôle est d’y répondre"

Ce développement a été rendu possible par l’aménagement de silos, d’une dizaine de sites de collecte et par la création de débouchés rémunérateurs pour les adhérents. Objectif : mailler le territoire pour faciliter le travail des agriculteurs bio. «Il y a une demande, avec de plus en plus d’agriculteurs qui se convertissent ou qui y réfléchissent, et notre rôle est d’y répondre», ajoute la spécialiste.

Ce travail est valorisé de la meilleure façon possible. Noriap propose notamment des filières spécifiques aux produits C2, soit en deuxième année de conversion qui ne peuvent pas être commercialisées en bio. «Nous orientons nos adhérents vers des cultures rémunératrices que nous savons valoriser en alimentation du bétail, grâce à notre filiale Novial, explique Géraldine Poiret. Le choix des espèces est alors primordial.»

Pour les parcelles converties, des filières spécifiques sont en place, comme celle des céréales panifiables, transformées par des meuniers régionaux. Les légumineuses bio, si bénéfiques dans une rotation, trouvent aussi leur débouché : «nous avons proposons des contrats pour le lupin, le grand et petit épeautre… Et nous menons des projets de R&D pour élargir les possibilités, comme avec la culture du chanvre.»

Fourragères bio : la nouveauté

2020 marquait la première récolte de semences fourragères bio, avec un peu plus de 100 ha de luzerne, trèfle violet, vesce commune et ray-grass. La fétuque élevée sera proposée cette année. «Avec l’évolution de la réglementation des semences bio, nous avons tout intérêt à développer ces cultures. Il y a une place à prendre», assure Géraldine Poiret.

En 2021, Thomas Bourgeois a prévu de cultiver 28 ha de ces semences, avec de la luzerne, de la fétuque élevée, du trèfle violet et du trèfle incarnat.Il prévient cependant : «cette culture est technique, surtout pour les semences de graminées, car il faut gérer l’enherbement de graminées dans d’autres graminées, comme du ray-grass dans la fétuque.» L’accompagnement technique de la coopérative est alors essentiel.

 

Accompagnement spécifique

Se convertir au bio nécessite d'être conseillé. Chez Noriap, deux techniciens spécialisés accompagnent les agriculteurs dans ce processus : étude technico-économique, orientation des assolementsselon les valorisations, aide technique, mise en place de contrats de filières…
Contactez Léonard Beguin (secteur sud, 07 50 64 89 45)
ou Vincent Dusannier (secteur nord, 07 85 97 21 24).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
L’accueil tant attendu d’un événement national pour les JA de la Somme arrive  à grand pas. Rendez-vous est donné les 24, 25 et 26 janvier prochains à Saint-Valéry-sur-Somme.
La Somme se prépare à accueillir un événement national dédié à l’installation
Fin janvier, les JA de la Somme accueilleront à Saint-Valéry-sur-Somme (80) un événement baptisé «session RGA» (renouvellement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde