Aller au contenu principal

Production laitière
Nouveau bras de fer entre Lactalis et ses organisations de producteurs

Malgré la contractualisation, les relations commerciales toujours tendues entre l'industriel et les éleveurs.

Les éleveurs laitiers mobilisés devant l'usine Lactalis de Laval.
Les éleveurs laitiers mobilisés devant l'usine Lactalis de Laval.
© Actuagri

Lundi 15 juillet, durant la nuit, des éleveurs de la Fdsea de la Mayenne ont déversé des dizaines de pneus pour bloquer l’entrée de l’usine Lactalis de Laval. Ils protestaient contre le prix du lait, jugé trop bas, que compte leur payer l’entreprise jusqu’à la fin de l’année alors que les cours mondiaux s’envolent. Les syndicats dénoncent l’attitude de l’entreprise, qui «change les règles de manière unilatérale" et «propose» un prix «politique» moyen annualisé autour de 340 €/ 1 000L alors que les perspectives de marché laissent présager un prix nettement supérieur (345 à 350 €/1 000L)». Selon les éleveurs, Lactalis prend comme prétexte son application de la hausse de 25 euros les mille litres préconisée par le médiateur du ministère, en mai, pour ne pas suivre les indicateurs interprofessionnels. Or, le suivi de ces indicateurs est inscrit dans les contrats, précisent les syndicalistes agricoles.
De son côté, Lactalis «condamne toute forme de violence» et se borne à répéter qu’elle applique la hausse des 25 euros les mille litres.

Action en justice
Jeudi 18 juillet, les discussions étaient au point mort entre l’entreprise et ses organisations de producteurs (OP). appuyées par la Fédération nationale des producteurs de lait et les Jeunes agriculteurs, les OP réfléchissent à une action en justice contre Lactalis pour non-respect des contrats. «Lactalis modifie les contrats de façon unilatérale. Si nous n’avons pas gain de cause devant les tribunaux, on saura ce que vaut la contractualisation chez Lactalis. Si on gagne, on remet la contractualisation en état de marche», explique Sébastien Amand, président de l’union nationale des éleveurs livrant à Lactalis (Unell).

Le médiateur saisi
Le médiateur des relations commerciales agricoles avait été préalablement saisi et a réuni les deux parties au ministère de l’Agriculture le 11 juillet. Il a rappelé que sa recommandation du 26 avril 2013 d’une hausse de 25 € /1 000 litres en moyenne sur l’ensemble de l’année 2013 du prix du lait est, expressément, indépendante des prix contractuels propres à chaque collecteur.
En conséquence, Lactalis a amélioré sa proposition initiale en s’engageant à répercuter en sus aux producteurs toute hausse de tarifs susceptible d’être obtenue de la grande distribution à l’automne. Au final, le médiateur a suggéré que les parties en différend fixent dès maintenant un rendez-vous pour la fin de l’année 2013. Ceci afin de «calculer les résultats de l’application des indicateurs contractuels prévus pour déterminer le prix d’achat du lait aux producteurs, et d’en aménager la mise en oeuvre en tenant compte, d’un commun accord, de la situation du marché et de l’environnement concurrentiel de l’entreprise», précise le communiqué du médiateur du 19 juillet.

La contractualisation vacille
Moins d’un an après sa construction, l’édifice de la contractualisation vacille. Rappelons qu'il a été mis en place par le mini-paquet lait, adopté en 2012 pour organiser la filière en prévision de la fin des quotas laitiers en 2015. En régissant les relations entre éleveurs et laiterie par des contrats, et en permettant aux organisations de producteurs (OP) de négocier au nom des éleveurs et de cosigner ces contrats, il devrait permettre aux éleveurs d’avoir plus de poids face à des laiteries de plus en plus grosses, prises dans une stratégie de fusions pour attaquer les marchés internationaux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde