Aller au contenu principal

Nuit Verte : reconnecter les agriculteurs avec les Parisiens

Les 23 et 24 mai, les agriculteurs ont une nouvelle fois fait découvrir leurs pratiques Parisiens. Le thème de la biodiversité était au coeur de l'évènement.

© AAP


Après une première édition réussie en 2012, les agriculteurs de la Fnsea Nord Bassin parisien ont souhaité réitérer l'évènement cette année en étendant la Nuit Verte sur deux jours, du vendredi 23 mai après-midi au samedi soir 25 dans les jardins du Trocadéro. Plus de 1 500 agriculteurs étaient présents sur les deux jours pour échanger avec les visiteurs, des professionnels pas forcément rodés aux actions syndicales et qui souhaitaient simplement faire découvrir leurs pratiques. Pas de grands discours donc, mais la démonstration concrète que l'alliance entre agriculture et biodiversité est une évidence au coeur des territoires, à travers la présentation d'expériences issues des exploitations de la région. La France possède une grande diversité d'espèces animales et végétales qui font la beauté de ses paysages, explique Christiane Lambert, vice-présidente de la Fnsea, ajoutant que «cette richesse existe aussi parce que les agriculteurs l'ont préservé».

Un objectif : vulgariser
La Nuit verte est donc un pont, éphémère, vers les consommateurs en demande de ces relations avec les agriculteurs qu'ils connaissent de moins en moins à mesure que l'urbanisation progresse, et de plus en plus attentifs à la façon dont sont produits les aliments. L'accueil enthousiaste qu'ils ont fait à la parade des chars départementaux, venus s'installer en amont de l'évènement, en est une preuve. L'effort de vulgarisation était la véritable préoccupation des organisateurs qui ont fait le maximum pour s'adresser à tous les publics et à toutes les générations.
La Nuit Verte se voulait «plus pédagogique et plus festive tout en gardant l'esprit de la première édition», affirme Philippe Meurs, président du comité de pilotage de l'évènement. Sur ces deux points, les attentes auront été comblées : Frédéric Courant, de l'émission pour enfants «C'est pas sorcier», animait l'évènement sur la grande scène quand cette dernière n'accueillait pas les débats sur l'évolution de l'agriculture dans le monde, la biodiversité ou encore la responsabilité sociale des entreprises, retransmis par TV Agri et Campagnes TV. Pour l'amusement des petits citadins, la mini-ferme située en contrebas abritait les animaux traditionnels. Et pour le côté festif, une flash-mob des agricultrices de la Somme a donné le ton dès le vendredi soir. Dans une ambiance world (Fantani Touré) et électro-pop (Cutkiller, Synapson), le concert de clôture a réuni un public nombreux que l'évènement aura sensibilisé au fait que la biodiversité reste partie intégrante de l'agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde