Aller au contenu principal

Opération séduction réussie pour les prés-salés

La fête de l’agneau organisée à Saint-Valéry-sur-Somme le 14 septembre a été l’occasion de mettre en avant la seule appellation d’origine contrôlée (AOP) du département.



Là où certains seraient tentés de n’y voir qu’une opération de communication, la fête de l’agneau organisée par l’association de défense de l’AOP des prés-salés de la baie de Somme est en réalité bien plus par l’esprit de communion qu’elle offre entre ces professionnels de l’élevage et le grand public. Crée il y a trois ans, cette fête a rassemblé le 14 septembre dernier plusieurs milliers de participants venus accompagner environ huit cents animaux depuis le pont du canal de Saint-Valery-sur-Somme, jusqu’à l’estran marin. Une fois la transhumance effectuée, les animaux devront séjourner dans les prairies maritimes pendant une durée d’au moins soixante-quinze jours. À l’heure du déjeuner, ce sont ensuite quelque cinq cents repas qui ont été servis par les éleveurs et leurs partenaires. Pour le président de l’association des éleveurs, Roland Moitrel, «il s’agit d’un rendez-vous important pour la promotion de notre production. Nous profitons de la fin des vacances pour la faire connaître auprès des touristes, mais aussi des consommateurs de la région».

Une valorisation supérieure
L’association de défense de l’AOP des prés-salés de la baie de Somme compte actuellement dix éleveurs pour une production annuelle d’environ 2 200 agneaux agréés suivant le cahier des charges du signe officiel de qualité et d’origine. «La sélection est stricte, rapporte Roland Moitrel. Tous les agneaux que nous élevons n’entrent pas dans la démarche, soit parce qu’ils sont trop âgés, trop gras, ou parce que la couleur de viande ne correspond pas.» Pour porter la marque de l’AOP des prés-salés de la Baie de Somme, les animaux doivent aussi être abattus à l’abattoir de Fruges (62), seul outil d’abattage agréé dans le périmètre géographique défini par le cahier des charges de l’AOP.
Au delà des contraintes, bénéficier d’une AOP présente plusieurs avantages : «Cela nous apporte une reconnaissance et permet une valorisation supérieure de 30 à 40 % par rapport aux animaux sans signe de qualité», explique le président de l’association d’éleveurs.

Un marché étendu
L’agneau des prés-salés est principalement commercialisé chez des artisans-bouchers et des restaurateurs, de manière assumée, de juin à janvier : «C’est un circuit de commercialisation que nous privilégions, même si nous n’excluons pas de vendre auprès de quelques grandes surfaces.» L’arrivée dans l’association d’un nouvel éleveurs «à partir du début d’année prochaine» devrait apporter des volumes supplémentaires, et ainsi répondre à une demande croissante : «Nous recevons régulièrement des demandes pour vendre nos animaux sur la métropole lilloise. On est donc en train de regarder comment nous pourrions nous organiser», explique Roland Moitrel. Du littoral des Hauts-de-France où la démarche est née en 2007, l’agneau AOP des prés-salés de la Baie de Somme gagne progressivement du terrain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde