Aller au contenu principal

Orama demande un plan de compétitivité

Pour faire face aux conséquence des choix faits par la France dans l'application de la Pac.

Philippe Pinta, président d'Orama : "il faut libérer les facteurs de production innovants et générateurs de productivité".
Philippe Pinta, président d'Orama : "il faut libérer les facteurs de production innovants et générateurs de productivité".
© François Carbonell


Baisse des prix, augmentation des charges, sinistres climatiques, notamment, dans les zones de production de maïs, le revenu des producteurs de grandes cultures devraient se situer entre 25 et 35 000 euros en 2013, estime Philippe Pinta, le président de l’Association générale des producteurs de blé et d'Orama (producteurs de céréales et d'oléo-protéagineux). Un cas de figure qui a plus de chance de se reproduire dans l’avenir que la situation exceptionnelle de 2012, mise en avant par les pouvoirs publics pour justifier une redistribution des aides de la Pac vers l’élevage.
«Si cette année les subventions de la Pac étaient celles qui sont annoncées pour 2019, le revenu moyen des exploitations spécialisées en céréales et oléo-protéagineux, avant charges sociales propres à l’exploitant, ne s’élèverait qu’à 15 à 25 000 €», poursuit le président d’Orama. Qui déplore, également, les distorsions de concurrence introduites par la réforme en termes de compétitivité. «Nous aurons désormais un handicap de 10 €/t pour les céréales et de 20 €/t pour les oléagineux avec nos amis Allemands», insiste t il. Si Orama se bat pour limiter les effets négatifs de la réforme concernant des décisions qui restent à prendre, les exploitants de grandes cultures plaident pour la mise en œuvre rapide d’un véritable plan de compétitivité, en phase avec leur volonté de «produire plus et produire mieux».

Desserrer les freins
Ce plan devrait viser une optimisation des rendements et de la qualité des récoltes, «notamment par la libération des facteurs de production innovants et générateurs de productivité», insiste Philippe Pinta, qu’il s’agisse d’amélioration génétique, d’irrigation, de produits de protection des plantes ou de fertilisation. «Qu’on cesse de nous casser les pieds» par une accumulation de contraintes, d’interdictions, de règles diverses et variées, «nous sommes en mesure de mettre en place des outils de pilotage fins pour gérer au mieux les épandages de produits phytosanitaires, les apports d’engrais, sans effet négatif sur l’environnement», fait-il valoir.
Orama attend également, des pouvoirs publics, la mise en place de dispositifs efficaces de gestion des aléas climatiques et des incertitudes économiques. Ce qui devrait passer, par exemple, par une amélioration de la dotation pour aléas «qu’il faudrait rendre plus efficace en augmentant le plafond». Il appartient également aux pouvoirs publics de «booster» la mise en place du plan silo, ne serait-ce qu’en réduisant les délais administratifs, de favoriser les assolements en commun, voire d’encourager la mise en place d’unités de méthanisation en collaboration avec les éleveurs, «pour valoriser la biomasse à des fins énergétiques».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde