Aller au contenu principal

Ovin : bien choisir son chien de protection

Il est important de prendre un chiot issu de parents reconnus pour leurs aptitudes à la protection des troupeaux.
Il est important de prendre un chiot issu de parents reconnus pour leurs aptitudes à la protection des troupeaux.
© Bruno Thirion



A quelle période le prendre ? Quand vous êtes disponible pour vous en occuper et quand vous disposez d’un lot d’animaux en bergerie : agnelles de renouvellement ou brebis à l’entretien.
Quelle race et quelle lignée ? Les races de chiens de protection ont des atouts comportementaux et morphologiques pour exercer leur rôle. Les plus utilisées en France sont le Montagne des Pyrénées, le Berger de Maremme et Abruzzes ou le Kangal (Berger d’Anatolie). Quelle que soit la race, prenez un chiot issu de parents reconnus pour leurs aptitudes à la protection des troupeaux.
Quel élevage ? Il est primordial que la portée soit née en bergerie pour que les chiots connaissent, dès le plus jeune âge, l’ambiance et les odeurs du troupeau. Ne prenez pas un chiot qui a l’habitude de divaguer à la recherche des poubelles, d’autres chiens de ferme… car il sera très difficile, voire impossible de lui faire perdre cette habitude. L’éleveur doit trouver le juste milieu entre la familiarité excessive et la peur de l’homme qui peut s’ancrer durant la période sensible.
Mâle ou femelle ? Les mâles et les femelles ont les mêmes aptitudes à la protection et la même facilité d’introduction dans le troupeau.

Retrouvez l’intégralité de la fiche «Choisir son chien de protection en six questions» sur le site http://chiens-de-troupeau.idele.fr, onglet chiens de protection, ainsi que d’autres informations techniques et les contacts utiles de votre département.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde