Aller au contenu principal

Ovins : des couverts végétaux à pâturer

Les couverts sont semés le plus tôt possible après la moisson.
Les couverts sont semés le plus tôt possible après la moisson.
© D. R.



Les couverts végétaux, mélange de graminées, légumineuses et éventuellement brassicacées (autre nom des crucifères) sont une aubaine pour les brebis pour l’automne. D’excellente valeur alimentaire, ils se pâturent sans rationnement, ni transition alimentaire en choisissant des espèces adaptées. De plus, ils sont adaptés à toutes les catégories d’animaux, y compris les agneaux, et sans apport de concentré.
Mais leur rendement est soumis aux conditions climatiques estivales, essentiellement la pluviométrie. Et il est évidemment impossible de prévoir ! En 2018, les couverts semés n’ont pas levé dans bon nombre de régions. En 2015, le rendement approchait les quatre tonnes par hectare dans certains cas… En matière d’ingestion, on peut compter 2 kg de matière sèche par jour et par brebis à l’entretien (vide ou en début et milieu de gestation).

Un «contrat» gagnant/gagnant avec un voisin céréalier
La composition du couvert est choisie à la fois en fonction de l’assolement et de l’objectif de pâturage par les brebis. L’un ne va pas sans l’autre ! Le choix des espèces possibles est large, et il suffit de semer des plantes appétentes, sans risque pour les animaux et sans contrainte en matière de travail. Pour des raisons de toxicité, la moutarde, riche en glucosinolates, est à éviter. Dans la gamme des trèfles, les trèfles incarnat et d’Alexandrie seront préférés au trèfle blanc et violet, car ils ne sont pas météorisants.
Dans les zones céréalières, les éleveurs ont recours à des mélanges de plusieurs espèces : avoine brésilienne, vesce, pois fourrager, radis structurator, colza fourrager, féverole… Le pâturage de troupes ovines chez des voisins céréaliers est en plein développement. Une étude conduite sur plusieurs années est en cours afin d’en mesurer les effets par rapport à un broyage.

Pour en savoir plus, vous trouverez des conseils pratiques et un chiffrage des intérêts respectifs sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr : «Développer un partenariat autour de vos intercultures».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde