Aller au contenu principal

Ovins : pour une coproscopie, choisir les prélèvements individuels

Le laboratoire peut proposer des analyses de mélange moins onéreuses.
Le laboratoire peut proposer des analyses de mélange moins onéreuses.
© Ciirpo



Le mode de réalisation des prélèvements revêt une grande importance sur la fiabilité des résultats. A l’exception des crottes des agneaux de bergerie, qui peuvent (éventuellement) être mélangées, tous les autres prélèvements doivent être réalisés en individuel en notant le numéro de l’animal sur le prélèvement. Ces derniers sont acheminés le jour même ou le lendemain au plus tard pour analyse par le laboratoire ou le vétérinaire en prenant soin de les conserver au réfrigérateur. Trois à quatre prélèvements individuels sont nécessaires pour juger de l’état parasitaire d’un lot de cinquante à cent brebis.

10 par brebis
Pour prélever les crottes des brebis au pâturage quand il n’y a pas de moyen de contention individuelle, il est possible de procéder comme suit : les brebis sont rassemblées avec un chien, puis elles sont maintenues groupées pendant quelques minutes. Quand elles repartent, il suffit de collecter les fèces fraîchement émises sur le sol. Pour une analyse classique, il faut compter environ 10 € par échantillon. Le laboratoire peut vous proposer une analyse de mélange.
Pour les strongles gastro-intestinaux, cette analyse est fiable, à condition que les brebis aient été prélevées individuellement (un échantillon de crottes par brebis). Le coût de l’analyse est ainsi allégé.

Pour en savoir plus, retrouvez la fiche technique «Analyser les résultats de coprocopies : l’exemple des arbres de décision de Pierre Autef, vétérinaire» et le podcast Radio Ovin «Des éléments pour interpréter une analyse coproscopique» sur www.inn-ovin.fr.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde