Aller au contenu principal

Ovosexage : «un calendrier intenable»

Le Comité national de la promotion de l’œuf (CNPO) a présenté, le 6 octobre, dans une conférence de presse, les chiffres de la filière et s’est interrogée sur les différentes techniques de sexage à mettre en œuvre pour être en conformité avec l’interdiction du broyage des poussins mâles. 

Preuve d’un changement aun sein de la filière œufs, les élevages plein air (23 %), les élevages au sol (20 %), biologiques (16 %) et Label rouge (6 %) constituent désormais l’essentiel de la production, mais la question  de l’ovosexage reste un sujet complexe.
Preuve d’un changement aun sein de la filière œufs, les élevages plein air (23 %), les élevages au sol (20 %), biologiques (16 %) et Label rouge (6 %) constituent désormais l’essentiel de la production, mais la question de l’ovosexage reste un sujet complexe.
© Pixabay

Le 1er janvier 2023, il sera interdit en France de broyer les poussins mâles. D’ici là, les cinq couvoirs que notre pays possède devront, dès le 1er janvier 2022 être engagés dans cette démarche et, notamment, s’équiper de machines capables d’éviter l’élimination à la naissance d’environ 50 millions de poussins mâles par an. Ils sont en effet éliminés car jugés trop chers à élever et peu rentables car moins fournis en viande. «Cette échéance est insoutenable», a estimé Loïc Coulombel, directeur chez Gruppe Eurovo et vice-président du CNPO. Pour lui, «on ne sera pas prêt car techniquement le temps de fabrication des machines est long. De plus, on ne connaît pas les demandes réelles du marché», a-t-il avancé. 

En effet, répertorier le sexe du poussin dans la coquille s’effectue grâce à une machine coûteuse fournie par une entreprise prestataire. Cette méthode hyperspectrale in ovo développée par l’Allemand AAT permet de distinguer la différence de coloration du duvet des embryons mâles (clair) et femelles (sombre) à treize jours. Elle reste d’un prix abordable : environ 1 € par poule quand d’autres techniques existantes comme ovo Seleggt (3,3 €/poule), les élevages Frères de poules (FDP - environ 1,5 €/poule) ou l’élevage de Dual (5 €/poule) se révèle plus onéreuses. Il en résulte des coûts de productions supplémentaires de 4,5 % à + 15 % et aussi un surcoût pour la filière «d’environ 56 millions d’euros par an», a indiqué Maxime Quentin, directeur scientifique à l’Institut technique avicole (Itavi) qui a abondé dans le sens de Loïc Coulombel : «En termes de recherche, nous sommes au stade du prototype, même si nous y travaillons depuis 2013-2104, ce qui reste un temps pour la recherche. Cela réclame un encadrement technique important», a-t-il mentionné. Le CNPO réclame également l’instauration d’une réglementation identique à l’échelle de l’ensemble des pays de l’Union européenne, afin d’éviter toute distorsion de concurrence.

 

Premier producteur européen 

Malgré tout, la filière œuf affiche de bonnes performances et répond aux attentes des consommateurs. Après une année 2020 particulièrement exceptionnelle, la consommation d’œufs «renoue avec sa croissance d’avant Covid», a souligné Philippe Juven, président du CNPO. Certes, cette consommation est en retrait de près de 10 % (- 9,7 %) par rapport à 2019, année de référence. Les consommateurs se sont rués, l’an dernier, vers les œufs issus d’élevage au sol qui ont connu une explosion des achats de + 175,3 %. Les ventes d’œufs plein air (+ 22,8 %) et bio (+ 16,6 %) affichent également de bons scores. En revanche, les ventes d’œufs issus de cages aménagées chutent de - 34,5 %. Il faut peut-être y voir aussi la récompense des efforts fournis par les professionnels qui ont investi dans les élevages alternatifs. Aujourd’hui, un peu plus d’un tiers des élevages (35 %) de poules pondeuses est encore en cage aménagée, contre 64 % en 2017 ! Les élevages plein air (23 %), les élevages au sol (20 %), biologiques (16 %) et Label rouge (6 %) constituent désormais l’essentiel de la production. «En 2026, il n’y aura plus d’élevage en cage», a indiqué Maxime Chaumet, secrétaire général du CNPO. Enfin, sur les marchés extérieurs, la France a renforcé ses positions commerciales avec une balance excédentaire de + 4 millions d’euros. Notre pays reste le premier producteur européen avec 15,7 milliards d’œufs, devant l’Allemagne (14,4 milliards) et l’Espagne (14,2).

 

Retour à la normale pour la vente d’œufs en magasins 

Après l’explosion des ventes en 2020 sur fond de crise sanitaire, la croissance des achats à domicile d’œufs par les Français «retrouve son rythme de croisière», a indiqué le CNPO (interprofession) le
6 octobre. Sur les huit premiers mois de 2021, ces ventes ont progressé de 2,8 % par rapport à 2019. Elles sont en baisse de 9,7 % par rapport à la même période de 2020, alors que le confinement avait provoqué des achats de précaution par les consommateurs. «ll y a toujours de grosses difficultés en RHD, car il continue à y avoir du télétravail», nuance Maxime Chaumet, délégué général du CNPO. Pour la production (15,7 milliards d’œufs en 2020), «la tendance à la hausse devrait se poursuivre» en 2021, avec des prévisions de croissance entre 3 et 4 %. Côté export, l’amélioration de la balance commerciale entamée en 2020 (solde positif de 4 millions d’euros) se confirme au premier semestre 2021, avec une hausse des exportations et un recul des importations – en volume comme en valeur. Une évolution qui demande à être confirmée, car en partie liée à des éléments conjoncturels (influenza aviaire en Pologne, un important fournisseur de l’Allemagne).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde