Aller au contenu principal

Pêche maritime : Yohan Derosière a la mer dans la peau

Yohan Derosière fait partie de ses accros à la mer. A trente-trois ans, le marin pêcheur passionné du Crotoy ne peut cependant pas s’empêcher de se soucier de son avenir.

Son fils pourra-t-il reprendre la barre du bateau familial ? Yohan Derosière l’espère, mais est conscient des difficultés de plus en plus présentes. 
Son fils pourra-t-il reprendre la barre du bateau familial ? Yohan Derosière l’espère, mais est conscient des difficultés de plus en plus présentes. 
© Alix Penichou



Chez les Derosière, le Marina est une histoire de famille. Le chalutier du Crotoy, de 12 m de long sur 3,80 m de large, construit à Saint-Valéry-sur-Somme en 1978, est commandé de père en fils. A la barre, depuis une dizaine d’année, Yohan, trente-trois ans. Il livre une bonne partie de sa pêche à sa sœur, poissonnière à Abbeville, à son père, qui tient toujours un point de vente aux halles du Crotoy, et le reste à la Criée, à Boulogne-sur-Mer (62).
La mer, il l’a dans la peau depuis qu’il est né. «Je suis entré jeune à l’école des mousses de Boulogne. Mon père voyait déjà des changements se profiler dans son métier. Il ne voulait pas que je reprenne le bateau.» Les contraintes liées au métier n’auront pas réussi à le détourner de sa vocation : augmentation du prix du gazole, de la glace (il en faut 600 l pour une pêche), tâches administratives de plus en plus lourdes…
Depuis plusieurs années, le Marina est amarré au port du Tréport, faute de profondeur suffisante pour rentrer au Crotoy. «On n’y va plus qu’en période de forte marée. Le Tréport, c’est devenu chez nous. On est une majorité de pêcheurs crotellois.» Et quand il est sur son bateau, les trente-six heures de navigation et de pêche, entre le Havre et Boulogne, pour lesquelles il s’embarque souvent, passent vite. Car la tâche est rude, même si, il l’avoue, le métier a bien changé.
«A l’époque de mon grand-père, ils étaient six ou sept sur le bateau, et ils pêchaient le hareng à la main. Aujourd’hui, tout est mécanisé, alors je ne pars plus qu’avec un matelot.» Leur spécialité : la coquille Saint-Jacques. «Je la pêche depuis trois ou quatre ans et elle m’assure environ trois quarts du chiffre d’affaires, car il y a beaucoup de demande.» Les jours de bonne pêche, Yohan met douze heures pour remplir 1,8 t de coquilles, la limite du quotas autorisé.
Et le poisson ? «On en pêche de moins en moins», se désole-t-il. Yohan peut charger 200 kg de sole en une pêche, alors que son père faisait facilement 1 t. Même constat pour le turbot et le carrelet : ils sont plus rares. «On ne sait pas ce qui se passe. Le poisson souffre-t-il d’une pollution ? La pêche électrique des pêcheurs étrangers est-elle néfaste ?» A ces inquiétudes s’ajoute celle du projet de construction du parc éolien offshore. «Les éoliennes seraient en plein dans notre zone de travail. Et impossible d’aller plus loin, car mon bateau n’est pas autorisé à naviguer à plus de vingt mille…»
En attendant, le pêcheur mise sur son expérience pour tirer son épingle du jeu. «La réussite tient en partie au feeling. Il s’agit de trouver les bons endroits ! Et pour ça, il faut connaître la mer, ses coefficients de marée, savoir quel matériel utiliser en fonction du sol…» Le vent est un des principaux indicateurs. «S’il est de 4/5e d’ouest, je sors. S’il est d’Est/Nord, je file à Berck. Au-dessus de force 6, je reste chez moi !»
Malgré les ressources qui semblent s’épuiser et les «bâtons que l’administration nous met dans les roues», Yohan espère pouvoir vivre de ce métier qui l’anime toute sa vie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde