Aller au contenu principal

Peste porcine : le déficit chinois en viande quasi-impossible à combler

Les importations chinoises de viandes de porc congelées ont bondi de 63% en mai 2019 par rapport à mai 2018 (à 187 500 t), a indiqué Inaporc (interprofession porcine) lors de l'assemblée générale du MPB, le 27 juin. Ce déficit dû à l'épizootie de peste porcine «va aller croissant au fil des mois», car «le cheptel de truies est au plus bas niveau depuis 2000». «Certains sur le terrain parlent d'une baisse de production de - 40 ou - 50 % pour 2020», rapporte Didier Delzescaux, directeur d'Inaporc. De son côté, Fanye Weng, représentant d'Inaporc en Chine, note une «évolution du discours des autorités» : «Ce n'est qu'à partir de maintenant que les professionnels et l'Etat reconnaissent une baisse de la production, et pas seulement du cheptel.» Le premier cas de PPA en Chine a été détecté en août 2018. Outre une volonté de contrôler les prix domestiques, ce décalage s'explique par une décapitalisation dans les élevages et la spéculation. Certains opérateurs ont réalise des «achats massifs» au début de l'épizootie, un phénomène «en grande partie responsable de la flambée des cours de début 2019». Le déficit à venir est tel qu'il apparaît difficile de le combler : «Dans le pire des cas, il faudrait doubler le commerce mondial de porcs.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde