Aller au contenu principal

Peste porcine : Paris et Pékin concluent sur le zonage

L’accord de reconnaissance du zonage entre la France et la Chine a été signé le 13 décembre. Il permettra aux zones indemnes de continuer à exporter dans l’éventualité d’un cas de peste porcine africaine (PPA). 

La FNP indique, dans un communiqué du 14 décembre, que le programme de biosécurité visant à prévenir la PPA  «couvre désormais la majorité des élevages».
La FNP indique, dans un communiqué du 14 décembre, que le programme de biosécurité visant à prévenir la PPA «couvre désormais la majorité des élevages».
© Claudine Gérard

La filière porcine l’attendait depuis plusieurs années : «L’accord [avec la Chine] sur la reconnaissance du zonage et de la compartimentation [en cas de peste porcine africaine, PPA] au bénéfice de la France a été signé», a annoncé le gouvernement français le 13 décembre. «Cette reconnaissance permettra la poursuite des exportations vers la Chine des produits porcins à partir des zones françaises indemnes de PPA, si un cas de peste porcine survenait», explique l’exécutif. Ce zonage s’appliquerait au niveau départemental, précise la directrice d’Inaporc (interprofession) Anne Richard. 

 

«Compartimenter» les chaînes de production 

Quant à la compartimentation, elle consiste à mettre en place des mesures de biosécurité permettant de garantir qu’une chaîne de production est isolée des autres animaux du point de vue sanitaire. Un compartiment comprend ainsi des élevages et les «unités fonctionnelles associées (unités de production fabriquant des aliments pour animaux, abattoirs, usines d’équarrissage, etc.)», d’après l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale). Toutefois, selon la directrice d’Inaporc, la méthodologie permettant d’appliquer la compartimentation «n’est pas encore définie au niveau européen». 

Dans un communiqué du 13 décembre, l’interprofession se félicite d’une décision qui «permet d’envisager plus sereinement l’avenir pour la filière française», alors que la PPA bloque les exportations allemandes vers la Chine. De son côté, la Fédération nationale porcine (FNP) indique, dans un communiqué du 14 décembre, que le programme de biosécurité visant à prévenir la PPA «couvre désormais la majorité des élevages». Premier consommateur mondial, la Chine absorbe presque un tiers des exportations françaises (180 500 t sur 606 700 t de viande, produits transformés et coproduits exportés durant les neuf premiers mois de 2021). 

 

Quatre années de négociation

Inaporc rappelle que cet accord est le «fruit de quatre années de négociation». Il a d’ailleurs fait l’objet de deux annonces prématurées, en février et en mai. Cet accord de zonage «est le premier de ce genre à être signé par la Chine au bénéfice d’un pays de l’Union européenne», souligne le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie. Saluant la «maturité du système de surveillance sanitaire français», le locataire de la Rue de Varenne ajoute que ce texte pourrait être «précurseur d’autres accords à venir avec d’autres filières et d’autres pays». 

 

La Commission européenne rechigne à intervenir sur le marché 

Après les nouveaux appels de nombreux ministres de l’Agriculture de l’UE, le 13 décembre, à l’occasion de leur réunion à Bruxelles, la Commission européenne a une fois encore rejeté l’idée d’intervenir sur le marché porcin. «Le niveau des prix est historiquement bas, les marges sont sous pression et la peste porcine africaine fait peser des risques supplémentaires», a admis le commissaire européen à l’Agriculture Janusz Wojciechowski. Mais «nous voyons de petits signes avant-coureurs de reprise avec la hausse récente des prix des porcelets», a-t-il justifié. Et d’ajouter que «toute intervention avant Noël serait injustifiée. Il faut être très prudent, les cycles de production sont très courts. Les prix fluctuent. Si nous agissons sur les prix maintenant, nous risquons de rendre la crise permanente ou de la faire durer». Il promet néanmoins que si la situation ne s’est pas améliorée début 2022, la Commission réfléchira sérieusement à intervenir sur le marché.
Pour le ministre français Julien Denormandie, la crise va pourtant «aller en s’accélérant et seule l’activation des mécanismes européens de marché peut permettre de résoudre le différentiel actuel entre l’offre et la demande». Même son de cloche du côté de la Belgique ou de la Hongrie : «C’est un problème européen qu’il faut résoudre au niveau européen». D’autres se montrent moins pressés d’agir. C’est le cas du nouveau ministre allemand – Cem Özdemir dont c’était la première apparition au Conseil Agriculture suite à sa nomination début décembre – ou de ses confrères danois et néerlandais qui appellent à «surveiller le marché». En attendant, le commissaire européen recommande d’avoir recours aux aides d’État comme l’ont déjà fait huit États membres depuis le début de la crise (Belgique, Luxembourg, pays baltes...). 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde