Aller au contenu principal

Pesticides dans l'eau : l’UIPP dénonce une communication « alarmiste »

Sans ouvertement dire que les chiffres de l’association UFC-Que choisir sont quelque peu biaisés, l’Union des industries de protection des plantes (UIPP) rappelle que la distribution d'eau potable en France bénéficie d'un cadre réglementaire très strict. 

Pollution de l'eau
L'agriculture est une fois encore pointée pour sa responsabilité dans la pollution de l'eau.
© Pixabay

Selon l’association UFC-Que Choisir, « les pollutions agricoles constituent toujours les premières causes de contaminations » de l’eau notamment en zones rurales et de montagne, a-t-elle indiqué le 20 avril. Elle s’appuie sur la mise à jour de son étude nationale sur la qualité de l'eau potable et une carte interactive accessible au grand public. Ainsi « 450 000 consommateurs boivent une eau dépassant les normes maximales en pesticides et 148.000 une eau contaminée par les nitrates » souligne-t-elle citant notamment des villes moyennes comme Château-Gontier (Mayenne) salie aux pesticides, Chinon (Indre-et-Loire) polluée aux nitrates et d’autres plus petites comme Saint-Pierre-des-Echaubrognes (Deux-Sèvres), cette dernière ayant des soucis de canalisations et de nickel ou encore Gramont (Tarn-et-Garonne) qui a des problèmes de chlorites.

L’association pointe aussi du doigt le coût de la dépollution qui « représente entre 750 millions et 1,3 milliard d'euros par an, intégralement financé par les consommateurs via leurs factures d'eau », indique-t-elle. « Les gouvernements français ne veulent pas contraindre les agriculteurs à respecter la réglementation environnementale. Nous en payons les conséquences et le coût au niveau de la facture d'eau », a dénoncé Olivier Andrault, chargé de mission à UFC-Que choisir.

Jouer sur la peur

L’Union des industries de la protection des plantes (UIPP) a réagi le 21 avril en rappelant « qu’en France, la distribution d’eau potable bénéficie d’un cadre réglementaire très strict, protecteur des consommateurs. Dans l’immense majorité des cas, les Français bénéficient d’une eau potable de très bonne qualité », a-t-elle indiqué.

Sans ouvertement dire que les chiffres de l’association sont quelque peu biaisés, l’UIPP remarque qu’en 2018 « seules 9 000 personnes en métropole (0,01 % de la population) ont connu une situation de non-conformité conduisant à une restriction dans l’usage ou dans la distribution de l’eau du robinet en raison de la présence de résidus de pesticides.  Et depuis 2003, le nombre de personnes touchées par ces restrictions ponctuelles a été divisé par 18 ». D’ailleurs l’UFC-Que choisir reconnaît elle-même que « 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires, soit une progression de plus de deux points par rapport à la précédente étude de 2017 ».

Pour l’UIPP, cette annonce intempestive de l’UFC qui s’est associée à l’ONG Générations Futures cherche à jouer sur « la peur (du) grand public ». La directrice de l’UIPP, Eugénia Pommaret, souligne qu’en juin 2020, Que choisir avait dénoncé le « ton alarmiste » du rapport de Générations futures sur la présence de pesticides dans l’eau que l’association de consommateurs « appelait à prendre du recul sur les données ».

Pour la surveillance des produits phytopharmaceutiques, « le seuil réglementaire de 0,1 µg/L (microgramme par litre, ndlr) n’est pas fondé sur une approche toxicologique et n’a donc aucune signification sanitaire », conclut l’UIPP. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
L’offre alléchante de Milcobel aux éleveurs régionaux attise le feu
Avec 555 €/1 000 l (42/43) payés en juin 2022, la coopérative belge Milcobel espère séduire les éleveurs laitiers des Hauts-de…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde