Aller au contenu principal

Télévision
Peta voit de la maltraitance animale même dans Koh-Lanta

Le programme de survie de TF1 revient ce soir (21h05) pour un second épisode avec en toile de fond une polémique sur les mauvais traitements que les candidats feraient subir à différents animaux pour se nourrir.

Pêche et Koh-Lanta
Aller à la pêche pour ne nourrir sur une île déserte est un crime selon l'association antispéciste Peta.
© TF1 - Capture d'écran

Va-t-il désormais falloir flouter les scènes dans lesquelles les aventuriers de la nouvelle saison de Koh-Lanta cherchent leur nourriture et la prépare ? Oui, si l'on suit l'indignation de l'association animaliste Peta.

Le 17 mars, l'association a en effet adressé un courrier au PDG de la chaîne TF1 dans lequel elle dénonce certaines images diffusées lors du premier épisode, le 12 mars dernier. Les images en question montrent plusieurs candidats partis pêcher… sans grands résultats. Mais pour Peta, celles-ci sont jugées « insoutenables » et contraires à son credo antispéciste : « Les poissons sont des animaux intelligents et sensibles qui peuvent ressentir la douleur et évitent les objets qui les ont blessés par le passé. Les poissons peuvent aussi être des individus sociaux, capables d’identifier leurs congénères individuellement et d’apprendre auprès de leurs pairs. Ils communiquent grâce à des sons complexes et certains chantent », déclare ainsi l’association.

Un peu plus tard, Peta reprend : « Torturer et tuer des animaux à l’écran est une manière extrêmement immorale de tenter d’attirer des téléspectateurs, tout particulièrement à une époque où le respect des animaux est de plus en plus important aux yeux de tous. En outre, cela transmet un message nuisible aux plus jeunes qui visionnent ces scènes cruelles que l’on fait passer pour du divertissement ».

Présentateur de l’émission, Denis Brogniart a volé au secours  des candidats ainsi montrés du doigt en expliquant lors d’une émission chez Sud radio qu’ils (les candidats) n’avaient pas pêché « pour le plaisir », mais « pour manger ». « On est dans une émission où ils n’ont rien et où on leur dit de se servir du milieu naturel, pour continuer à vivre dans cette aventure (…) Et effectivement, la recherche de nourriture, ça fait partie de l’émission. »

« Ce n’est pas la première fois que Peta interpelle TF1 sur le sort des animaux », rappelle quant à elle l’association. En 2017, elle avait ainsi demandé à la chaîne privée de renoncer à faire figurer un loup dans une émission de danse. Elle entend aller plus loin aujourd’hui plus en demandant à TF1 « de s’engager à ne plus diffuser ce genre de violence gratuite et néfaste et à en mettre en place une politique sur le bien-être animal ».

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde