Aller au contenu principal

Photovoltaïque et élevage font bon ménage

L’association Solagro et la société Arkolia énergies ont présenté, le 31 août, les résultats d’un audit réalisé sur sept parcs photovoltaïques avec pâturage. Les deux activités, loin d’être incompatibles, semblent bien complémentaires.

D’après un suivi des troupeaux installés sous sept parcs photovoltaïques et de leurs performances, «on ne constate  aucun conflit d’usage et on remarque que les ressources fourragères permettent de nourrir les troupeaux», avance  la société Arkolia, spécialisée dans les énergies renouvelables.
D’après un suivi des troupeaux installés sous sept parcs photovoltaïques et de leurs performances, «on ne constate aucun conflit d’usage et on remarque que les ressources fourragères permettent de nourrir les troupeaux», avance la société Arkolia, spécialisée dans les énergies renouvelables.
© Arkolia Énergies

«Oui ça marche», a résumé en peu de mots Jean-Luc Bochu, responsable de l’agrivoltaïsme chez Solagro. La cohabitation entre les panneaux photovoltaïques implantés au sol et l’élevage, en particulier le pastoralisme ovin, est pour lui «une évidence» et une réussite. C’est en tout cas ce qui ressort d’un audit réalisé par la société Arkolia, acteur multi-énergies (photovoltaïsme, méthanisation…) spécialisé dans les énergies renouvelables. Sur sept parcs audités, «on ne constate aucun conflit d’usage et on remarque que les ressources fourragères permettent de nourrir les troupeaux», a indiqué Jean-Luc Bochu.   

 

Des sites protégés

Ces sept sites photovoltaïques, tous situés dans le Sud de la France, en dessous d’une ligne Bordeaux-Lyon, ont été mis en service entre 2014 et 2019, dans des zones hautes (200 m à 800 m d’altitude) et sur des surfaces variant de 7 à 45,9 ha. Le parc de panneaux solaires représente entre 2 % et 53 % de la SAU des exploitations concernées. Quant à la taille des troupeaux, elle varie entre 17 et 90 UGB, soit environ 120 à 550 ovins. «On dispose donc d’un peu de recul pour évaluer la coactivité entre élevage et photovoltaïque», a précisé le responsable de Solagro. 

L’audit démontre l’intérêt de faire paître les animaux dans ces espaces qui peuvent s’égailler librement sur la totalité des sites ou bien en sous-parcs avec clôture mobile. De même, la surveillance des ovins se révèle-t-elle minimale, avec une visite par jour sur la plupart des sites. «Les parcs photovoltaïques étant clôturés, les risques d’attaques de loups ou de chiens errants sont réduites», a précisé Jean-Luc Bochu. 

 

Des résultats variables

Bien que les périodes de pâturage varient d’une exploitation à l’autre, les témoignages des agriculteurs reconnaissent les bénéfices des panneaux solaires qui permettent à l’herbe de mieux tenir, même en cas de sécheresse. Selon les sites, la productivité des prairies varie d’environ 2 tonnes de matière sèche à l’hectare (MS/ha) jusqu’à 9,3 MS/ha. C’est notamment le cas sur le site d’Aurillac (Cantal) dont le rendement herbager est 52 % supérieur à la référence départementale et sur celui de Salsigne (Aude) : + 39 % par rapport à la référence départementale. En revanche, le rendement herbager de Daumazan-sur-Arize (Ariège) est 63 % inférieur à la référence départementale «parce qu’il est sous-pâturé», expliquent les responsables de Solagro et d’Arkolia. «C’est pourquoi il est difficile d’établir des constantes», a en substance déclaré Jean-Luc Bochu. En effet, la part de ressources fourragères apportée par les parcs en fonction des besoins totaux des ovins varient d’un parc à l’autre. Si le site photovoltaïque de Signes (Var) n’apporte que 3 % des besoins fourragers des ovins, celui du Soler (Pyrénées-Orientales) y pourvoit à 80 %. Solagro et Arkolia restent néanmoins discrets sur la nature des contrats passés avec les agriculteurs et sur le gain financier d’un tel partenariat. 

 

Un nouveau quinquennat pour Inn’ovin

Reconquérir les consommateurs de viande et de produits laitiers de moutons est l’objectif de la filière ovine. Ses ambitions : «accroître le potentiel de production de la filière pour satisfaire la demande en agneaux et en lait de brebis», annonce-t-elle dans un communiqué. Même si beaucoup d’efforts sont faits, la réalité prouve que la marge de progression est réelle. En 2020, seules 44 % de la viande ovine consommée en France ont été produits sur le territoire et, d’ici dix ans, dix-mille éleveurs ovins partiront à la retraite. La filière a donc décidé de renouveler le programme Inn’ovin pour cinq ans (2021-2026), avec quatre axes de travail : susciter des vocations et faire la promotion du métier d’éleveur, améliorer les revenus par la technique, améliorer les conditions de travail et assurer la durabilité de la production ovine. Nouveau logo, nouvelle organisation avec huit comités régionaux au lieu de cinq pour «déployer le programme national en fonction des spécificités et opportunités locales»… Les moyens sont donnés. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde