Aller au contenu principal

Phytos : la baisse des usages est bel et bien enclenchée

Même si les ventes de produits phytopharmaceutiques a progressé en 2020, la tendance est nettement à la baisse si on établit des comparaisons sur des périodes plus longues qui permettent de gommer les effets météo ponctuels et les changements de réglementation.

Le 30 juillet, le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Transition Ecologique ont publié les données provisoires de ventes de produits phytopharmaceutiques pour l’année 2020.
© J.-C. Gutner

Le 30 juillet, le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Transition Ecologique ont publié les données provisoires de ventes de produits phytopharmaceutiques pour l’année 2020. Ce sont 44 036 tonnes de substances actives (hors usage en agriculture biologique ou en biocontrôle) qui ont été vendues par les distributeurs en France en 2020. Comme l’indiquent les ministères, ce tonnage est supérieur de 23 % à celui de 2019. En fait, les distributeurs avaient enregistré en 2019 un net repli par rapport à 2018 de 43 % suite à l’augmentation de la redevance pour pollution diffuse. C’est pourquoi, pour avoir une idée claire des évolutions des pratiques à long terme, il est nécessaire d’élargir les comparaisons à des périodes plus longues, triennales, en l’occurrence. Ceci permet de gommer dans le temps les évolutions de la règlementation et les sur-utilisations ponctuelles de phyto quand la météo est défavorable. Ainsi les ventes de produits phytopharmaceutiques (hors produits de biocontrôle et agriculture biologique) se sont repliées de 5,7 % sur la période 2018-2020 par rapport à 2017-2019 et de 9,1 % si on compare 2018-2020 par rapport à 2009-2011, la première moyenne triennale du plan Ecophyto.
Autre comparaison, si on rapproche les quantités vendues en 2020, à savoir les 44 036 t, à la moyenne décennale 2009-2019, le recul des tonnages vendus s’affiche à 16 %.

Baisse drastique des substances les plus toxiques

Un autre point très important à signaler est la poursuite de la baisse de substances actives classées cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques (CMR). Celles qui sont classées CMR1, les plus toxiques, selon le nouveau classement européen, ont vu les ventes s’effondrer de 92,5 % entre 2017 et 2020. En outre en 2020, il n’y a eu que 64 tonnes de substances actives classées CMR1 vendues soit 1,6 % de la quantité totale, contre 3,8 % en 2019. Pour les CMR2,  les quantités sont restées stables entre 2019 et 2020 et représentent 11% de la quantité totale de substances actives vendues.Enfin, si l’on compare les moyennes triennales, tous CMR confondus on constate encore une fois une baisse importante, liée notamment au retrait d’un certain nombre de substances actives classées CMR 1 et 2 pour des raisons de santé publique, de -12,7 % en 2018-2020 par rapport à 2017-2019 et de -34 % en 2018-2020 par rapport à 2009-2011.

Glyphosate : tendance à la baisse attendue

Quant au glyphosate, après avoir enregistré un diminution de 37 % entre 2018 et 2019, les quantités vendues ont augmenté à nouveau de 42 % entre 2019 et 2020. Mais en moyenne triennale, le niveau des ventes s’établit à 8 151 tonnes/an pour 2018-2020, en légère diminution par rapport à la moyenne 2017- 2019 (8 215 tonnes/an). Suite à l’évaluation comparative menée par l’Ansés et les restrictions d’usages et interdictions qui ont suivi en 2020, la tendance à la baisse devrait s’accentuer nettement à compter de la parution des données 2021/2022. Dans certains secteurs cependant, des ventes pour des usages spécifiques risquent de perdurer faute de produits de substitution, en raison d’impasses techniques.

Croissance des produits AB et de biocontrôle

Pour ce qui concerne les produits utilisables en agriculture biologique (AB) et les produits de biocontrôle, les ventes confortent leur croissance tendancielle : les données provisoires pour 2020 (21 305 tonnes) en font la seconde année la plus élevée après 2018 (22 083 tonnes) et la moyenne triennale est la plus élevée enregistrée (20 856 tonnes), avec une progression de 20 % par rapport à la moyenne triennale 2015-2017. Enfin, la moyenne triennale 2018-2020 est presque deux fois plus favorable que celle de 2009-2011 (10 828 tonnes). Ces chiffres confirment ceux publiés à la mi-juin qui montraient une hausse de la valeur du marché du biocontrôle. Celui-ci est passé de 217 millions d’euros à 236 millions d’euros entre 2019 et 2020 avec une hausse des parts de marché de près de 11 % à plus de 12 % en 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde