Aller au contenu principal

Phytos : le Modef monte à Paris pour dénoncer les importations de fruits & légumes

Le Modef martèle l’incohérence des importations de fruits et légumes depuis des pays encore autorisés à traiter leur production avec des substances interdites en France. Pour se faire entendre, le syndicat est monté le 22 août à Paris et en région parisienne pour vendre «au juste prix» quelque cinquante tonnes de fruits et légumes. Il attire ainsi le consommateur et le sensibilise à la situation du marché. «La France a un cahier des charges stricte, de nombreuses molécules sont interdites, pourtant nous achetons à des pays qui continuent de les utiliser", dénonce Raymond Girardi, vice-président du Modef. Une pratique «à la fois dommageable pour les agriculteurs», victimes de concurrence déloyale, et «pour la santé publique», selon le Modef. Le syndicat attend du gouvernement qu’il aille «au delà de la mise en place d’une règlementation franco-française». Car si «le reste de la planète» continue à utiliser davantage de produits que les paysans Français, ces derniers, «sont voués à disparaître» au profit d’importations plus importantes. «On se tire une balle dans le pied, lance-t-il. A ce rythme, dans dix ans, la France importera la moitié de ce qu’elle consomme, voire plus.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde