Aller au contenu principal

Phytos : les producteurs de grandes cultures disent non à l’«écologie punitive»

Les producteurs de grandes cultures se sont élevés le 4 décembre contre l’«écologie punitive», notamment la hausse de la RPD (redevance pour pollutions diffuses) et la plateforme d’Etat sur la sortie du glyphosate. Ils demandent au gouvernement de renoncer à l’«augmentation de plus de 100 M€» de la RPD, fermer la plateforme glyphosate, revenir à «une position de sagesse» sur la séparation du conseil et de la vente de phytos, selon un communiqué signé de l’AGPB (blé), l’AGPM (maïs), la CGB (betteraves), la Fop (oléoprotéagineux). «Comment (les pouvoirs publics) peuvent-ils envisager une hausse de taxe au détriment d’un secteur qui traverse une crise sans précédent depuis maintenant cinq années ?», protestent les organisations, chiffrant l’alourdissement de la RPD à «plus de 1 500 €» par exploitation de grandes cultures contre un revenu moyen par actif «de l’ordre de 2 500 €» sur cinq ans. La plateforme glyphosate est, elle, perçue comme un «souffle sur les braises de l’agri-bashing». «Il nous faut refonder un dialogue constructif pour accompagner la transition agroécologique dans laquelle les producteurs de grandes cultures sont résolument engagés au travers des plans de transformation de filière», déclarent les organisations.

Un temps  incompressible» pour l’innovation (UIPP)

L’UIPP (industriels) a souligné le 4 décembre que l’innovation dans les phytos nécessite un temps «incompressible», même si la volonté politique est de sortir du glyphosate en trois ans et d’accélérer le biocontrôle. «Un pas de temps incompressible et beaucoup d’investissements» sont nécessaires pour lancer de nouveaux pesticides, a insisté la DG Eugénia Pommaret. «Il n’y aura pas d’alternatives au glyphosate d’ici à trois ans», selon elle. Et de rappeler que dix à quinze ans sont nécessaires pour mettre en marché un produit phyto, notamment dans le biocontrôle. «On a besoin d’un cadre réglementaire stabilisé», a déclaré le président Nicolas Kerfant. «Sinon, aucune entreprise n’investira.» Les adhérents de l’UIPP réalisent quelque 2 Mrd € de chiffre d’affaires, dont 10 % sont consacrés à la R&D. Cette proportion d’investissements est «deux fois plus élevée» dans le biocontrôle, mais le secteur ne pèse que 5 % du marché, selon l’UIPP. «Si la France veut être pionnier dans le biocontrôle, elle doit mettre en œuvre les conditions» pour inciter les entreprises à lui consacrer des ressources, a estimé Nicolas Kerfant. L’objectif est de le porter à 15 % du marché en 2025. Pour y arriver, «les solutions de biocontrôle existantes pourraient être appliquées sur des surfaces deux fois plus importantes», d’après lui. Mais concernant les solutions nouvelles, «ce qui reste à trouver est beaucoup plus complexe» en termes de coût et d’efficacité pour l’utilisateur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde