Aller au contenu principal

Phytos : pas de «miracle pour toute l’agriculture dans les 3 ans»

La commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat organisait le 6 juin une table ronde sur les produits phytosanitaires. Pendant près de deux heures et demie, des représentants de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), des ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique et solidaire, et de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) ont été interrogés sur leurs travaux en cours et leurs projections pour un monde moins dépendant des molécules de synthèse. Philippe Mauguin, président-directeur général de l’Inra a ouvert les discussions en citant une publication de 2017 basée sur le millier de fermes Dephy du réseau de l’APCA. Selon lui, les agriculteurs ont pu réduire de 30 %, « sans perte de rentabilité et de productivité », l’utilisation des produits phytosanitaires. « Ça ne veut pas dire que c’est facile, mais dans un débat tendu, cela montre des perspectives optimistes », rassure-t-il. En fin de séance, Philippe Mauguin a prévenu les sénateurs de « ne pas se bercer d’illusion ». Des solutions existent, mais il n’y aura pas de « miracle qui s’appliquera à toute l’agriculture française dans les trois ans, dit-il. Il y a des alternatives, qu’il faut encore apprendre à combiner. Reste à savoir comment, et à quel prix. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde