Aller au contenu principal

Phytosanitaire : les collectivités en mode zéro phyto

Bilan et témoignages de communes qui ont dû faire évoluer leurs pratiques dans l’entretien des espaces verts. Depuis 2017, les pesticides y sont interdits.

Visite du jardin des Carrés Saint-Pierre à Douai, lors du colloque Écophyto et collectivités, le 26 avril.
Visite du jardin des Carrés Saint-Pierre à Douai, lors du colloque Écophyto et collectivités, le 26 avril.
© É. Pecaut, Dreal Hauts-de-France

La gestion des espaces verts, promenades et forêts connaît un véritable chamboulement. L’interdiction des produits phytosanitaires depuis le 1er janvier 2017 dans les collectivités a fait évoluer les pratiques. «La loi Labbé a été un accélérateur, reconnaît Sylvie Barois, responsable environnement à la Fredon* Nord-Pas-de-Calais. Mais des démarches étaient déjà engagées depuis longtemps dans certaines collectivités, parfois depuis une dizaine d’années.» Quelques-unes d’entre elles sont venues témoigner, vendredi 26 avril à Douai, au cours d’une journée d’échanges organisée par la Draaf** et la Dreal*** Hauts-de-France.
Concrètement, quels ont été les changements mis en place pour faire face à l’interdiction des pesticides ? Vous les avez peut-être déjà remarqués vous-même au sein de votre ville ou village : de nouveaux massifs, des cimetières plus verts, des hôtels à insectes ou encore quelques pousses spontanées sur les trottoirs...
A Englos (59), le virage est pris depuis 2013 : «Nous voulons faire entrer la nature dans le village, témoigne Alain Poillon, conseiller technique de la ville. Cela permet une meilleure qualité de vie.» Les équipes ont notamment investi dans un désherbeur thermique, utilisent le paillis et beaucoup de plantes vivaces, et ont défini des espaces en gestion différenciée. Un verger a été créé, ainsi qu’un potager dans l’école, et l’eau de pluie est récupérée. La liste n’est pas exhaustive, et il semble que la seule limite soit celle de l’imagination !

Une démarche globale
Dans la ville de Douai (59), «la protection de la biodiversité a commencé depuis les années 2000, témoigne Martial Loué, directeur des jardins, du cadre de vie et des sports à la mairie de Douai. Il y a eu un gros travail de réorganisation des équipes, une mutualisation du matériel ou encore une réflexion pour limiter les transports».
Si la formation des agents en charge de l’entretien des espaces verts paraît essentielle, la communication auprès des habitants des communes l’est tout autant, assurent les différents acteurs, qui ont parfois dû faire face à des réticences. Elle passe par des panneaux d’affichage, les réseaux sociaux ou encore des prospectus. Faire entrer les habitants dans une démarche participative serait aussi un vrai atout.

Accompagnement
Créée en 2008 à l’initiative des agences de l’eau Seine-Normandie et Artois-Picardie, ainsi que par les conseils régionaux partenaires, la Charte d’entretien des espaces publics permet d’accompagner les collectivités dans cette transition. Celles-ci peuvent bénéficier d’un financement.
Trois cent cinquante communes et intercommunalités sont signataires à ce jour.

* Fredon : Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles.
** Draaf : Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt.
*** Dreal : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde